Sans titre

Le Sénégal oriental : Du tourisme hors des sentiers battus

 Le Sénégal oriental est l’une des zones où il fait le plus chaud dans le pays, et cela que ce soit en été ou en hiver. La région est frontalière avec la Guinée, et y est reliée par une route qui conduit aussi jusqu’au Mali. L’on vous fait découvrir l’une des plus belles régions de ce qui était autrefois l’empire du Mali.

Le Sénégal oriental, véritable échantillon de l’Afrique dans son état le plus authentique et naturel est situé à environ 400 km au Sud-est du pays. Depuis très longtemps resté inconnu, même des Sénégalais, le Sénégal oriental que nous appelons l’autre Sénégal” garde encore son côté le plus mystérieux. C’est la région la plus vaste du pays avec ses paysages pittoresques et somptueux, entre savane, collines, chutes, etc. En effet, le Sénégal oriental est la région la plus haute et accidentée du pays, dont certains coins sont difficiles d’accès. Au fur et à mesure que l’on s’approche du Fouta Djallon, montagne de la Guinée voisine, le dénivellement du paysage de plus en plus accidenté s’accentue. Tout le monde reconnaît et avoue que le Sénégal oriental est l’une des plus belles régions du pays, un lieu exotique plein de surprises. Domaine des royaumes mandingues dans le passé, ici le cosmopolitisme est une réalité et fait partie des principales attractions de la région qui vibre au rythme des grandes civilisations de l’Afrique occidentale, lesquelles civilisations cohabitent harmonieusement avec les tribus minoritaires du Sénégal.

Très loin du tourisme de masse et soigneusement préservé de l’impact de l’action de l’homme, le Sénégal oriental est un véritable échantillon de l’Afrique dans son état le plus authentique et naturel. Il renferme la plus grande concentration de faune sauvage du pays, plus présente dans le Parc National du Niokolokoba et ses alentours. C’est une destination idéale pour les passionnés du safari, de l’observation d’animaux ou d’oiseaux, du tourisme cynégétique pratiqué dans les zones amodiées des campements de chasse. Plus au Sud, vivent les Bassaris, les Bédiks et les Cognaguis, ethnies aux origines mystérieuses qui conservent encore orgueilleusement leurs rites d’initiation et leurs cérémonies religieuses. La plupart de leurs villages se situent en haut des collines. Le Sénégal oriental offre plusieurs opportunités de découvrir les cultures locales telles que : Les Journées Culturelles de Bakel, Les Journées Dialonké (ethnie de Fongolembi), le Festival Traditionnel de Sénédougou Goudidy, le Festival des Ethnies Minoritaires de Bandafassi, les nombreux masques et danses traditionnels typiques aux ethnies autochtones, etc.

Très loin du tourisme de masse

 De février à juin, la chaleur est accablante. Il n’est ainsi pas rare de relever plus de 45°C à l’ombre. Mais c’est une chaleur relativement saine puisque très sèche. Ça rend les baignades dans les rapides de Samécouta ou sous les chutes de Dindéfélo d’autant plus agréables. Le Sénégal oriental est, aujourd’hui, une région que peu de touristes connaissent mais qui vaut certainement le détour. C’est d’une part la plus éloignée de Dakar et d’autre part la plus difficile d’accès ; cependant les villes de Tambacounda et de Kédougou bénéficient, aujourd’hui, de belles routes. La majorité du territoire est occupé par le Parc national du Niokolokoba. Il est possible de visiter le parc qui est l’une des zones encore sauvages du pays. Un magnifique décor traversé par le Fleuve Gambie et peuplé de grands mammifères comme le lion, le léopard, etc.

La région est peuplée par les Peulhs en majorité, mais aussi des Mandingues (Malinkés, Bambaras, Socés). Très loin derrière, les communautés Bassaris, Coniaguis ou Tendas-Bediks sont beaucoup plus éparses. Ces derniers sont des minorités qui conservent jalousement leurs us et coutumes. Découvrir le Sénégal oriental, c’est découvrir ce qu’est le monde rural africain. Quel délice que de se réveiller à l’aube dans un petit village et d’observer la brousse encore endormie. Quel sentiment de paix et de plénitude que de se balader aux aurores alors que le boulanger du village prépare le pain local dans un four en terre et que l’odeur se répand délicieusement autour des cases. Grâce à l’amélioration des voies de communication, l’accès au Sénégal oriental est, aujourd’hui, facile avec une très bonne route de Dakar, capital du pays, à Kédougou.

À l’image de la Casamance, le Sénégal oriental est situé à l’entrée de la zone tropicale, ce qui fait que les pluies y sont abondantes pendant la saison hivernale qui va de fin mai jusqu’au début du mois d’octobre. Le Sénégal oriental est ce monde à part qui procure des sensations et surprises qui, toujours, dépassent les attentes du visiteur.

Khady Thiam Coly

Voir aussi

Imam Massamba Diop, président de l'Ong Jamra

Loi anti gay- Jamra dénonce les menaces contre Mbery Sylla !

Jamra et Mbañ Gacce expriment leur soutien au porteur de la proposition de loi criminalisant …