30 juillet, 2014
Accueil » SOCIETE » LE VOLEUR DE MADICKE NIANG ECOPE DE LA PERPETE Amadou Tidiane Kanté avait soustrait la mallette et le téléphone de l’ex-ministre
LE VOLEUR DE MADICKE NIANG ECOPE DE LA PERPETE  Amadou Tidiane Kanté avait soustrait la mallette et le téléphone de l’ex-ministre

LE VOLEUR DE MADICKE NIANG ECOPE DE LA PERPETE Amadou Tidiane Kanté avait soustrait la mallette et le téléphone de l’ex-ministre

Le voleur du téléphone portable, de la mallette et d’autres objets de valeurs de chez Madické Niang, ex-ministre des affaires étrangères, a été jugé, hier, lors de la dernière session des Assises de Kaolack. Le ressortissant guinéen a écopé des travaux forcés à la perpétuité.

Amadou Tidiane Kanté, ressortissant guinéen, était employé chez le ministre Madické Niang. Seulement, le sieur en question avait essayé de soustraire, le 31 juillet 2004, vers 20 heures, l’arme factice du gardien, avant de s’introduire dans la chambre à coucher de Me Niang pour essayer d’y voler une mallette, un téléphone portable et des bijoux. Au moment des faits, Me Niang, avec son épouse, dans la chambre, avait résisté à son domestique et, au cours de la bagarre, avait été blessé, selon le certificat médical attestant 45 jours d’incapacité temporaire de travail. Désarçonné par les cris et appels au secours de Mme Niang, l’accusé avait jeté l’arme et la mallette, avant de sauter par la fenêtre. Amadou Tidiane Kanté, détenteur d’une carte d’identité nationale sénégalaise, sera appréhendé quelques heures plus tard au marché Nguélao, dans la cantine d’un de ses proches.

Toutefois, devenu ministre de la Justice, au moment de la tenue de la Cour d’assises de Dakar du 16 novembre 2009, le plaignant Madické Niang avait accordé son pardon à son domestique et s’était désisté de la constitution de partie civile. L’avocat général, Cheikh Bamba Niang, a souligné que les étrangers devaient respecter les normes des pays d’accueil et a demandé la confirmation du jugement rendu par la Cour d’assises de Dakar. L’avocat de la défense plaidera l’emprise du diable. Etayant sa plaidoirie par le désistement de la partie civile, il demandera à la cour de faire fi de l’article 367 du code pénal et d’accorder à son client de larges circonstances atténuantes. Kanté écopera, cependant, de la perpétuité.

Yandé DIOP

REWMI QUOTIDIEN