Accueil / Education / LECTURE ET MATHS : PLUS DE 10.000 ÉLÈVES AMÉLIORENT LEURS PERFORMANCES GRÂCE AUX COURS DE RATTRAPAGE (DEE)

LECTURE ET MATHS : PLUS DE 10.000 ÉLÈVES AMÉLIORENT LEURS PERFORMANCES GRÂCE AUX COURS DE RATTRAPAGE (DEE)

(APS) – Les cours de rattrapage organisés au mois de septembre dans six régions du pays, ont permis à plus de 10.000 élèves en difficulté sur les quelque 12.000 enrôlés, d’améliorer leurs performances en lecture et en mathématiques, soit un taux de transition global de 84%, indique le rapport bilan général, présenté lors d’un atelier de capitalisation de cette expérience.

 ’’Sur un effectif total enrôlé de 12.147 élèves, c’est au moins 10.322 élèves  qui ont été capacités pour passer en classe supérieure, échappant ainsi au redoublement ou, au pire des cas, au décrochage’’, a expliqué Moussa Faye, inspecteur de l’éducation, membre de l’équipe technique de la direction de l’enseignement élémentaire (DEE) ayant rédigé le rapport de bilan général des cours de rattrapage.
’’Pour l’ensemble du dispositif, 84% des élèves qui ont suivi le traitement ont migré d’un échelon à un autre’’, a-t-il ajouté.
Initiés par le ministère de l’Education nationale, les cours de rattrapage 2015 ont été organisés dans les 20 inspections de l’éducation et de la formation (IEF) des académies de Kédougou, Kolda, Matam, Sédhiou, Tambacounda et Ziguinchor.
Financé par l’UNICEF à hauteur de 93 millions de francs CFA, ce programme vise à ’’palier au déficit du quantum horaire’’, mais aussi à ’’récupérer’’ des élèves des classes de CI, CP et du CE1, qui ont eu des difficultés pour atteindre les seuils de maîtrise en lecture et en mathématiques, pendant l’année scolaire, avait indiqué la directrice de l’enseignement élémentaire, Khady Diop lors d’une rencontre préparatoire.
Au moins une vingtaine d’inspecteurs de l’éducation ont démarré ce samedi et ce pour trois jours, au conseil départemental de Tambacounda, un atelier d’évaluation de cette session de rattrapage, présidée par la directrice de l’enseignement élémentaire.
Le taux de transition global pour les élèves de CI, CP et CE1 concernés part l’expérience, est de 84%. En lecture, la compilation des moyennes pour chaque cours, donne au CI, 77 %, au CP 89,7 % et au CE1 85,5 %.

Le taux de transition en maths est légèrement supérieur ; il est à 84,98%. Il est constitué également de la compilation des moyennes pour chaque cours. Au CI, il est de 82,26 %, 89,8 % au CP et 82,9 % au CE1.

 ’’En définitive, a résumé M. Faye, en lecture comme en mathématique, les résultats enregistrés traduisent l’efficacité et l’efficience systémiques du dispositif implanté et couronnent le travail extrêmement important réalisé par l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus des cours de rattrapage, en un délai assez court’’.
Il a ajouté qu’ ‘’un encadrement spécifique devra cependant être apporté à la partie de la cible que le traitement n’a pas permis de se rattraper’’.
Initialement prévu pour 13.950 élèves en difficulté dans les régions cibles, les cours de rattrapage ont concerné à l’arrivée, 12.147 élèves. Soit un taux d’enrôlement de 87%. Concernant le quantum horaire fixé, il a été atteint à 92,17%, ont indiqué les organisateurs.
L’inspecteur du préscolaire Abdallah Sow, co-présentateur du rapport, a noté que ’’les cours de rattrapage sont bien appréciés par les communautés et les acteurs impliqués dans le processus et leurs effets sur les élèves en difficulté sont très positifs’’.
Toutefois, quelques obstacles ont été évoqués. Il s’agit du retard dans la mise à disposition des rémunérations, même si celles-ci ont été jugées ‘’satisfaisantes’’, comparées à la durée des cours. La somme allouée à la mobilisation sociale a quant à lui, été jugée ‘’insuffisante’’.
Les acteurs du dispositif ont aussi estimé que les planifications ont été ‘’assez ambitieuses’’, au vu du temps imparti pour le déroulement des cours de rattrapage, à savoir 21 jours. Il a été en outre, signalé l’ ‘’insuffisance du quantum horaire’’, ainsi que l’absentéisme des élèves, lié notamment à la saison des pluies et aux maladies hivernales, a relevé Abdallah Sow.
Les recommandations ont porté, outre sur la pérennisation des cours de rattrapage, sur l’allongement du temps de formation pour l’adapter aux contenus, ainsi que l’augmentation des ressources financières et leur mise à disposition à temps opportun, a relevé Aguibou Bâ, inspecteur de l’éducation et de la formation de Diamniadio, et membre de l’équipe technique ayant produit le rapport.
Il a aussi été recommandé, entre autres, de revoir à la hausse le budget affecté à la sensibilisation des communautés, qui doit être poursuivie pendant le déroulement des cours. Les collectivités locales devront également être sensibilisées pour appuyer cette activité.

Share This:

À voir aussi

Baccalauréat 2017 : le Saes renonce au boycott de la correction des épreuves

Menaçant ces derniers jours de boycotter la correction des épreuves du Bac pour cause de …