Accueil / ACTUALITES / Législatives : Vers une campagne électorale terne ?

Législatives : Vers une campagne électorale terne ?

La campagne électorale pour les élections législatives qui s’ouvre dimanche prochain 12 mai risque de ne pas avoir du piquant. Avec le boycott de l’opposition dite significative, la Coalition Sopi 2007 fera face à des partis dont le cumul des scores de certaines de ses têtes de liste qui s’étaient présentées à la présidentielle s candidats fait juste 6,14 %, mais aussi à des formations politiques qui lui sont largement favorables.

Source : Sudonline
Dans moins d’une semaine, la campagne électorale pour les élections législatives du 3 juin prochain va démarrer. En effet, les 14 partis engagés dans la course vont se lancer dans la pêche aux voix. L’enjeu de ces futures consultations électorales semble être d’emblée dilué par le boycott d’une partie essentielle de l’opposition sénégalaise. Le cumul de voix des partis qui ont participé à l’élection présidentielle et qui seront aux élections législatives ne dépasse guère 6,14 %. Alors que quatre formations et coalitions politiques qui vont disputer ces élections ont soutenu la candidature du président Abdoulaye Wade, lors des joutes du 25 février dernier. La radioscopie des listes retenues par les services du ministère de l’Intérieur démontrerait à suffisance que la campagne électorale sera une promenade de santé pour la Coalition Sopi 2007. Sur les 14 partis enregistrés, quatre avaient soutenu lors de l’élection présidentielle du 25 février dernier le candidat de la coalition Sopi 2007, Abdoulaye Wade qui a gagné avec plus de 55 % des suffrages. Il s’agit du Rassemblement pour le peuple (Rp) de Mamoune Niasse, de la coalition War wi de Modou Diagne Fada, de la Convergence pour le renouveau et la citoyenneté (Crc) d’Aliou Dia et du Parti social démorate/Jant bi (Psd/Jant bi) de Mamour Cissé. Ces formations politiques et coalition avaient déjà, bien avant l’élection présidentielle, annoncé la couleur en se présentant aux élections législatives. Dans cette liste de partis, il y en a deux qui sont inconnus au bataillon. Le Rassemblement patriotique sénégalais/Jammi Rewmi (Rps / Jr) d’Ely Madiodio Fall et l’Union Nationale Patriotique (UNP) Ndèye Fatou Touré en sont à leur baptême de feu. Ils n’ont jamais participé à une compétition électorale sous leur propre bannière. Ils n’avaient même pas décidé de se présenter avant la décision de report des élections législatives. Des raisons qui font croire à une large part de l’opinion que leurs candidatures sont suscitées ou parrainées par la majorité présidentielle pour juguler l’effet ou l’impact du boycott de l’opposition dite significative.

Les autres partis restants ne font quasiment pas le poids si l’on s’en tient à leur score à la présidentielle du février dernier. La Coalition Takku Défaraat Sénégal (Tds) de Robert Sagna qui avait amassé le plus de voix lors des dernières consultations électorales était sortie cinquième et avait 88 380 voix soit 2, 58 %. Cette entité politique a connu lors des investitures. Outre la défection des Socialistes unis pour le renouveau du Sénégal (surs) de Abdoulaye Makhtar Diop, Le Parti socialiste authentique (Ps-a) du maire socialiste de Tambacounda, Souty Touré est né de ses flancs. And-jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj/Pads) est sorti septième avec 75 759 voix soit 2, 06 % du suffrage. Pour ces élections législatives, Landing Savané et ses camarades follistes sont dans la course avec une coalition dénommée And Défar Sénégal. Dans ces résultats de la présidentielle du 25 février, Aj/Pads est suivi de près par l’Alliance Jëf jël de Talla Sylla avec 0, 52 %. Cette formation politique aussi a connu des remous lors des investitures qui ont entraîné la défection de son numéro deux et ancien député, Moussa Tine. Le Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël (Fsd/Bj) de Cheikh Bamba Dièye est arrivé après le parti de Talla Sylla. Il a réalisé un score de 0,50 % avec 17 223 voix. Ce qui constitue un progrès par rapport à la présidentielle de 2000. Le candidat indépendant de la coalition Tekki Liguey Sénégal, Mamadou Lamine Diallo a eu 16 551 voix soit 0,48 % suivant ainsi le Fsd/bj. Ce candidat qui a participé pour la première fois à des élections a supplanté des leaders de partis qui en était à leur deuxième ou troisième participation. Pour certainement améliorer sa performance, il a initié depuis quelque temps une tournée à l’intérieur du pays.

Ces formations et coalitions politiques ont décidé de participer à l’élection présidentielle et aussi aux législatives du 3 juin. Contrairement au Mouvement de la réforme pour le développement social (Mrds) de l’Imam Mbaye Niang qui n’est apparemment intéressé que par une représentation à la onzième législature qui va compter cette fois-ci 150 députés au lieu de 120 pour cette dixième législature. Le Rassemblement des écologistes du Sénégal (Res-Les Verts) d’Ousmane Sow Huchard est dans la même situation.

Le dimanche 13 mai prochain, ces quatorze partis et coalitions vont entrer en lice pour briguer encore une fois le suffrage des Sénégalais. Mais ces élections législatives n’auront pas les mêmes enjeux que la présidentielle. Le peuple dans toutes ses composantes ne pourra pas, comme il l’a fait le 25 février dernier, choisir librement car une bonne partie de l’opposition a tout simplement boycotté.


À voir aussi

Suite des plaidoiries de la defense- Mes Doudou Ndoye et Borso Pouye enfoncent le clou

Clap de fin des plaidoiries. Et ce sont les avocats de la défense, en l’occurrence …

Abdoulaye Daouda Diallo annonce l’interdictiin de la circulation interurbain entre 22h et 6h du matin

Le gouvernement du Sénégal a décidé d’interdire prochainement la circulation interurbaine entre 22 heures et …