téléchargement (7)

L’Église et le pouvoir d’État : parlons-en !

À Popenguine, Mgr Jean Noël Diouf, Évêque de Tambacounda, a tenu la Bonne Parole, celle qui assiste la personne humaine sur le chemin du Salut. Sagesse et vérité ont été au cœur de son propos.

Mais ce qui a été surtout noté est le recul sage, éclairé et érudit, de l’homme d’Église qu’il est, comme de tous les hommes d’Eglise, par rapport aux antagonismes sociaux, aux conflits politiques et aux clivages corporatistes. L’un des grandeurs de l’Institution ecclésiastique qui les réunit est sa neutralité, sa liberté, son indépendance et son autonomie par rapport à la chose politique et particulièrement au pouvoir d’État.

Les religieux de l’Église ne doivent rien aux partis politiques et essentiellement au pouvoir d’État et à l’appareil partisan qui le tient. Aucun homme d’Église au Sénégal ne dit avoir obtenu tel bien ou bénéficié de tel avantage d’un quelconque homme politique ou homme de pouvoir. Et c’est le cas sous tous les régimes qui se sont succédé au Sénégal.

Lors des fêtes et des rencontres chrétiennes, aucun propos démagogique ou complaisant  n’est servi au public comme on en voit ailleurs. L’autorité chrétienne au Sénégal  a le don salvique, face à la classe politique et au pouvoir d’État,  d’unir sans jamais confondre et de distinguer sans opposer. Cette position  est salutaire parce que essentiellement nourrie du compendium de la doctrine sociale de l’Église qui donne, entre autres, la mission sacerdotale de féconder la société et fermenter l’homme  par la Bonne et Juste Parole dont l’impartialité annonce le Bonne Nouvelle.

Domou rewmi

Voir aussi

macky-et-decroix

RENCONTRE ENTRE MACKY ET MANKOO WATTU SENEGAL Les Législatives prévues le 02 juillet 2017

Le président Macky Sall a rencontré, hier, son opposition au Palais, durant plus de trois …