Les accidents en mer font 95 morts par an depuis 2011

Les accidents en mer ont fait en moyenne 95 morts par an, de 2011 à 2014, au Sénégal, a indiqué vendredi le capitaine de vaisseau Ousmane Sarr, chef de la Direction de la protection et de la surveillance des pêches (DPSP). « Chaque année, nous enregistrons 95 pertes en vie humaines », a-t-il dit lors du lancement de la plateforme de transmission des alertes météo, un outil de sécurité maritime à l’usage des acteurs de la pêche artisanale sénégalaise. De 2011 à 2014, selon la DPSP, « 375 pertes en vies humaines et [personnes] portées disparues » ont été dénombrées dans des accidents maritimes.
La valeur du matériel de pêche perdu en mer est estimée à 412.149.500 francs CFA, a-t-elle indiqué. Le ministère de la Pêche et de l’Economie maritime est en train de faire des efforts pour réduire les accidents maritimes, a souligné Ousmane Sarr, en parlant de la distribution de « 20 mille gilets de sauvetage » aux pêcheurs. Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Abdoulaye Diouf Sarr, a invité les pêcheurs à coopérer avec les autorités gouvernementales, pour éviter les accidents en mer. « L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie s’efforce quotidiennement de fournir une assistance aux usagers de la mer », a-t-il souligné. Selon M. Sarr, c’est dans ce cadre que l’agence chargée de la météorologie – dont il assure la tutelle gouvernementale – a lancé la plateforme de transmission des alertes météo. Cet outil mis à la disposition des pêcheurs va faciliter « la levée des contraintes linguistiques », lors de la transmission des « informations météorologiques », car les messages seront transmis aux destinataires dans un « langage clair et accessible ». La plateforme va fournir aux communautés côtières des « informations adaptées et accessibles », qui pourront réduire les risques liés aux « changements climatiques », selon un document de l’USAID/COMFISH, un projet dédié à la pêche au Sénégal et soutenu par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).
Le coût de cette plateforme mise à la disposition des acteurs de la pêche artisanale vivant dans 33 « communautés côtières » est de 4 millions de francs CFA, indique le même document.

APS

 

Voir aussi

GAMBIE Les soldats de Yayah Jammeh prêts à affronter les militaires déployés par la Cedeao

   Même si on l’ évite, la guerre s’annonce en Gambie. Selon une source dans …