Accueil / ACTUALITES / Les accidents en mer font 95 morts par an depuis 2011

Les accidents en mer font 95 morts par an depuis 2011

Les accidents en mer ont fait en moyenne 95 morts par an, de 2011 à 2014, au Sénégal, a indiqué vendredi le capitaine de vaisseau Ousmane Sarr, chef de la Direction de la protection et de la surveillance des pêches (DPSP). « Chaque année, nous enregistrons 95 pertes en vie humaines », a-t-il dit lors du lancement de la plateforme de transmission des alertes météo, un outil de sécurité maritime à l’usage des acteurs de la pêche artisanale sénégalaise. De 2011 à 2014, selon la DPSP, « 375 pertes en vies humaines et [personnes] portées disparues » ont été dénombrées dans des accidents maritimes.
La valeur du matériel de pêche perdu en mer est estimée à 412.149.500 francs CFA, a-t-elle indiqué. Le ministère de la Pêche et de l’Economie maritime est en train de faire des efforts pour réduire les accidents maritimes, a souligné Ousmane Sarr, en parlant de la distribution de « 20 mille gilets de sauvetage » aux pêcheurs. Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Abdoulaye Diouf Sarr, a invité les pêcheurs à coopérer avec les autorités gouvernementales, pour éviter les accidents en mer. « L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie s’efforce quotidiennement de fournir une assistance aux usagers de la mer », a-t-il souligné. Selon M. Sarr, c’est dans ce cadre que l’agence chargée de la météorologie – dont il assure la tutelle gouvernementale – a lancé la plateforme de transmission des alertes météo. Cet outil mis à la disposition des pêcheurs va faciliter « la levée des contraintes linguistiques », lors de la transmission des « informations météorologiques », car les messages seront transmis aux destinataires dans un « langage clair et accessible ». La plateforme va fournir aux communautés côtières des « informations adaptées et accessibles », qui pourront réduire les risques liés aux « changements climatiques », selon un document de l’USAID/COMFISH, un projet dédié à la pêche au Sénégal et soutenu par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).
Le coût de cette plateforme mise à la disposition des acteurs de la pêche artisanale vivant dans 33 « communautés côtières » est de 4 millions de francs CFA, indique le même document.

APS

 

À voir aussi

Refus de Khalifa Sall de déférer à la convocation de la commission ad hoc : Me Bocar Arfang Ndao fait savoir que cela n’entrave en rien le processus

REWMI.COM- Khalifa Sall convoqué par ses paires cet après midi ne répondra pas présent. Le …

Audition de Khalifa Sall par la commission ad hoc- La comparution incertaine du maire de Dakar

REWMI.COM- Que ce soit à l’Assemblée nationale ou à Rebeuss, Khalifa Sall ne va pas …