25 juillet, 2014
Accueil » ACTUALITES » Les contes de « Mame Wade »
Les contes de « Mame Wade »

Les contes de « Mame Wade »

Il ne lui reste que ça. Faire des contes à ses petits enfants, après avoir été écarté des affaires de la famille. Les enfants que nous sommes, n’attendaient que ça de leur grand-père. Raconter des «histoires», pour animer l’intérieur de sa case, éclairée d’une lampe à pétrole. C’est ce que Me Wade a montré à la face du monde, hier, lors de sa conférence de presse. Seulement ici, grand-père semble oublier l’histoire où le conte qu’il devrait narrer à ses enfants. Ça se comprend. Il a vieilli. Au point qu’il oublie tout.

Qu’est-ce qui peut expliquer la sortie de Wade contre Moustapha Niasse et Pape Diop, plus particulièrement ? Qu’est-ce qui peut motiver ses révélations contre ces deux personnalités qui ont participé à son installation au Palais de la République ? Pourquoi se défouler sur deux de ses anciens collaborateurs que lui-même avait placés aux plus grands postes de responsabilité de l’Etat du Sénégal ? Voilà autant de questions que les sénégalais se posent et dont les réponses ne sont pas sans doute à chercher loin. Il veut nuire, en bafouant les règles fondamentales du secret d’Etat. Ridicule, pour un avocat de surcroit.

Le secrétaire général national du Pds, Me Abdoulaye Wade, a annoncé, vendredi, que sa formation politique va traduire en justice l’actuel président du Sénat, Pape Diop, pour le délit d’usurpation d’identité. « Il parait que Pape Diop s’appelle Moustapha Diop et a été emprisonné. Il a changé d’identité. C’est un délit d’usurpation d’identité. Je n’étais pas au courant. Nous allons demander au procureur de faire une enquête », a dit, sans hésiter ni porter de gangs, Me Wade. Pourtant, c’est lui Wade qui l’a porté, par la volonté du peuple dakarois, à la tête de la Mairie de la capitale du Sénégal, puis à l’Assemblée Nationale, ensuite au Sénat, avant d’en faire la deuxième personnalité de l’Etat du Sénégal. Et c’est celui-là qui devait ainsi le remplacer, en cas de vacance de poste. C’est dire, donc, qu’il voulait placer, à la tête de l’Etat, une personne «anormale». Mais bon, ça se comprend aussi car, qui veut tuer son chien, l’accuse de rage.

Il a également parlé de Moustapha Niasse. Un «bandit», comme il le sous-tend mais, qui lui a permis de réaliser son rêve qui était d’aller au Palais de la République, après 26 ans de quête de pouvoir. Mais, « Mame », pardon Wade, même sachant que Moustapha Niasse s’était enrichi, en détournant du pétrole, s’est, malgrè tout, refugié derrière lui, pour être porté à la tête du Sénégal, et a fait de lui, son Premier Ministre, à l’aube de l’alternance. Il se dit même que c’est ce dernier qui aurait d’ailleurs financé sa campagne pour le second tour face à Abdou Diouf. Peut-être, avec cet argent sale dont il fait allusion… Me, s’il vous plait, ne vous ridiculisez pas ainsi, le pouvoir, c’est aussi un devoir envers son peuple. Heureusement que le peuple ne vous écoute que d’une seule oreille.

Par Sambou BIAGUI