Accueil / ECONOMIE / Les deux tiers des Français inquiets pour leurs économies

Les deux tiers des Français inquiets pour leurs économies

Selon un sondage CSA pour « Les Echos », 66 % des ménages pensent que leurs économies sont en danger dans le contexte actuel de fragilisation du secteur bancaire. Pour 39 % des sondés, une nationalisation partielle des banques serait justifiée.
Les déboires boursiers de la Société Générale, du Crédit Agricole et de BNP Paribas ne laissent pas les Français indifférents. Loin de là… D’après un sondage CSA pour « Les Echos » (*), 66 % des Français craignent pour leurs économies dans le contexte actuel de fragilisation du secteur bancaire. Seuls 15 % des sondés s’estiment totalement à l’abri. Comme le souligne Jérôme Sainte-Marie, directeur du département opinion de CSA, « les catégories modestes sont profondément inquiètes . Ce n’est pas une crise des possédants ». Ils sont ainsi 75 % chez les ouvriers et 71 % chez les retraités à exprimer une telle crainte, contre « seulement » 56 % chez les cadres.

Interrogés sur la perspective d’une nationalisation partielle des établissements bancaires, un scénario régulièrement évoqué ces derniers jours, près de 40 % des Français la trouveraient « justifiée ».

Sans surprise, le pourcentage est plus élevé parmi les sympathisants de gauche (47 %) que chez ceux de droite (33 %). « Mais je ne suis pas sûr que les gens aient les idées bien au clair sur cette question. Si les pouvoirs publics décidaient de faire un nouvel effort en direction des banques, comme en 2008, il faudrait faire un énorme travail de pédagogie », estime Jérôme Sainte-Marie. C’est du côté des ouvriers (66 %) et des professions intermédiaires (66 % également) qu’on se montre le plus hostile à une telle mesure.

Pour 46 % des personnes interrogées, une nationalisation partielle des banques n’aurait « pas vraiment d’effets » pour eux comme épargnants, consommateurs et contribuables. Elle serait positive pour 28 % des répondants. Enfin, 21 % de l’échantillon juge qu’elle aurait des impacts « plutôt négatifs » pour eux.

L.T. lesechos.fr

À voir aussi

L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

Les startups africaines ont le vent en poupe ! Après une année 2016 record, les investisseurs …

Flux financiers illicites 50 milliards de dollars américains par an échappent à l’Afrique de l’Ouest

L’Afrique est le continent dont l’économie croît le plus rapidement après l’Asie de l’Est, mais …