Accueil / ECONOMIE / Les énergies renouvelables comme alternative

Les énergies renouvelables comme alternative

Le Sénégal a connu une pléthore d’initiatives allant des Politiques d’ajustements structurels aux Objectifs de développement du millénaire (Omd). Les conséquences de ces initiatives s’illustrent avec des taux de croissance dérisoires. Ce qui explique les difficultés pour le développement économique pour atteindre le niveau escompté.
Le ministre du Plan, du développement durable et de la coopération internationale, Docteur Mamadou Lamine Bâ impute cette situation à l’ « influence des aléas externes dont la flambée des cours mondiaux qui influe sur l’économie nationale ».

A son avis, « tous les efforts de développement sont hypothéqués par les flambées du baril du pétrole ». Pour remonter la pente ou trouver une alternative à cette situation, Mamadou Lamine Bâ propose les énergies renouvelables comme alternative. Lors de l’ouverture de l’atelier de la phase « Analyse structurelle » de l’étude prospective « Dakar 2025 » qu’il a présidé hier, mardi 15 mai 2007 à Dakar, le ministre du Plan, du développement durable et de la Coopération internationale a jugé que, dans le contexte actuel de la mondialisation, « il est indispensable d’envisager des moyens pour surmonter les contre-coups des facteurs exogènes. »

Comme alternative, il a proposé la rationalisation de l’exploitation des énergies renouvelables. « Le Sénégal dispose de 700 kilomètres de côte qui nous permettent de profiter de l’énergie éolienne et solaire ». Pour une meilleure réussite de cette démarche, le Dr Bâ pense qu’il est indispensable de disposer de technologies adaptées. A ces moyens, le ministre a ajouté le biocarburant dont le président de la République vient de lancer la dynamique pour sa promotion.

L’étude prospective « Sénégal 2010 » qui, selon Mamadou Lamine Bâ, est le premier instrument de système national de planification, va dans ce sens. Pour lui, « la vision à long terme qui sera déclinée dans l’étude devra préparer à relever les défis de la mondialisation et à identifier le potentiel national afin de gagner la bataille du développement et de l’éradication de la pauvreté ».

Les deux jours d’échanges que la Direction des stratégies de développement (Dsd) du ministère du Plan, du développement durable et de la coopération décentralisée a organisés sur l’analyse structurelle de cette étude, ont pour objectif de permettre l’identification et la mise en relation par une analyse aussi exhaustive que possible, des variables clés qui constituent le système. Pour le Dr. Mamadou Lamine Bâ, l’étude prospective doit poser les actes et dégager une feuille de route.


À voir aussi

L’Afrique, un eldorado prometteur pour les FinTechs

Les startups africaines ont le vent en poupe ! Après une année 2016 record, les investisseurs …

Flux financiers illicites 50 milliards de dollars américains par an échappent à l’Afrique de l’Ouest

L’Afrique est le continent dont l’économie croît le plus rapidement après l’Asie de l’Est, mais …