Accueil / ACTUALITES / Les étudiants formés doivent retourner en Afrique, déclare Nicolas Sarkozy en visite à Dakar

Les étudiants formés doivent retourner en Afrique, déclare Nicolas Sarkozy en visite à Dakar

Le Président français, Nicolas Sarkozy, a réaffirmé jeudi à Dakar sa vision de l’immigration en France qui consiste à voir les étudiants africains après leurs études et un temps d’expériences professionnelles retournés en Afrique en vue de développer le continent. «Les étudiants africains doivent revenir développer l’Afrique», a déclaré Nicolas Sarkozy au cours d’une rencontre avec la presse à Dakar, au Sénégal, seconde étape de sa tournée en Afrique.

Pour Sarkozy, ce n’est pas avec la fuite de ses cerveaux que l’Afrique va se développer, indiquant qu’en matière de lutte contre l’immigration clandestine, « la France n’a pas à rougir de ce qu’elle fait » simplement parce qu’elle ne peut pas accueillir tout le monde sur son sol.

Selon lui, près de 10 000 étudiants sénégalais étudient et vivent aujourd’hui en France alors que bon nombre d’entre eux sont normalement en état de retourner au pays en vue d’aider au développement national.

«La France n’a pas l’intention de piller les élites africaines », a t-il martelé avant de fustiger par ailleurs le fait qu’à ses yeux « certains jouent à l’« hypocrisie dans l’affaire de l’immigration clandestine » et ne disent pas la vérité aux jeunes.

« La réussite de l’Afrique, c’est la réussite de l’Europe, l’échec de l’Afrique, c’est le chaos de l’Europe », a conclu Nicolas Sarkozy.

Son homologue sénégalais, Abdoulaye Wade, a abondé dans le même sens en soutenant qu’« il faut combattre les gens qui s’adonnent au commerce de l’immigration clandestine en soutirant aux jeunes des millions de FCFA et en leur faisant miroiter des choses ».

« Je ne donne pas des bourses aux jeunes afin qu’ils aillent rester en France », a t-il tonné.

Selon Wade, l’Espagne et le Portugal, vers lesquels émigrent les jeunes africains, étaient aussi pauvres il y a quelques années, ils se sont ensuite développés parce que leurs jeunes ont décidés de rester chez eux pour travailler et développer leurs pays respectifs.

« Les jeunes africains devraient faire autant ! », a martelé Abdoulaye Wade non sans vanter entre-temps sa politique de l’emploi qui, selon lui, a permis de créer au minimum 230 000 emplois en l’espace de sept ans.

Plusieurs milliers de jeunes Africains, souvent des diplômés, dont la plupart périssent en cours de route, prennent fréquemment la mer en quête d’un mirifique devenir en Europe.


À voir aussi

Verdict attendu dans le procès de Khalifa Sall La vérité tient à un fil

REWMI.COM Les plaidoiries ont été bouclées hier. Le Procureur et les avocats ont vidé leurs …

Rapport d’amnesty sur le Sénégal Macky, la justice et les forces de l’ordre au-dessus de la loi

Amnesty International a publié hier son rapport annuel sur la situation des droits humains dans …