Accueil / ECONOMIE / Les europeens et les ape entre ignorance et mépris

Les europeens et les ape entre ignorance et mépris

Si l’on reproche à la majeure partie des africains qui s’agitent sur l’Accord de partenariat économique (Ape) de ne rien comprendre sur la question, la situation est plus qu’alarmante chez les européens. La plupart des gens interpellés dans les rues de Bruxelles sur la question semblent ne pas s’intéresser à la question et certains d’entre eux ont tout simplement manifesté un mépris concernant ce sujet.

Source : sudonline
La marche du 11 janvier opérée à Bruxelles a été une opportunité pour mesurer le degré de compréhension ou de perception de la population européenne sur la question de l’Accord de partenariat économique (Ape) qui est instruit par leurs gouvernants. La plupart des gens rencontrés sur l’itinéraire de la marche ont manifesté leur étonnement de voir une meute d’africains manifester à Bruxelles.

A la question de savoir ce qu’ils pensent des Ape, ils ont presque tous répondu : « je ne sais pas ce que cela veut dire en plus c’est quoi cette marche ». Même ceux qui semblent connaître ont une compréhension floue ou mitigée. Un vétérinaire de nationalité hollandaise qui affirme travailler dans un projet international, environ la quarantaine, interpellé devant son véhicule a lancé : « je suis surpris par cette manifestation. Je ne connais pas cet accord mais en général je crois qu’il faut voir les possibilités pour chaque pays de rentrer dans les régions économiques de manière similaire. Il faut qu’ils acceptent une compétition positive ».

Plus loin, une femme espagnole qui affirme être en visite à Bruxelles, pour sa part, affirme que : « les Ape, je crois que ce sont des accords avec les pays africains en voie de développement. Je pense que ce sont des accords qui sont favorables à ces pays et il faudrait continuer à les avoir ». Une belge d’origine italienne, trouvée aux abords du siège de la Commission européenne, a postulé que : « les Ape c’est ce qui doit remplacer les accords signés en Afrique en 2001. Je pense que c’est une bonne chose. » Avant de lancer « Excusez-moi, je suis pressée ». Une suisse, environ la trentaine et apparemment dominée par le froid de canard qui régnait dans la capitale belge, pense « rien, pour l’instant parce que ça ne m’intéresse pas et je ne connais même pas ». Une étudiante autrichienne, environ la vingtaine, trouvée au niveau d’un feu rouge, pour sa part, pense que « c’est une bonne chose pour l’économie parce que c’est pour la libéralisation du commerce et je pense que les pays africains peuvent beaucoup en profiter ».

Plus loin, ce chômeur belge, environ la trentaine, qui semble être plus au fait des choses, à lancé amèrement : « vous savez ici les politiques sont tous des fumiers parce qu’ils ne pensent qu’à l’Europe et jamais à Afrique. Je pense que ça c’est trop facile. Moi, je soutiens grandement les pays africains dans ce qu’ils revendiquent ». Trois étudiants belges membres de Sos-Faim, une Ong qui traite principalement de la souveraineté alimentaire, de leur avis, pensent que « les Ape sont des accords qui vont installer le déséquilibre entre l’Europe et l’Afrique ».

Cette ignorance avérée des populations européennes sur les Ape a beaucoup étonné Koune Sthigue, attaché de presse de la Coalition des Ong de Belgique. A l’en croire, « les Ape ont été le thème de notre campagne pour cette année et on en a beaucoup parlé aux gens ici en Belgique ». Pour lui, « beaucoup de belges ne connaissent pas ce que c’est que les Ape parce que c’est une question qui n’est souvent discutée que dans les grands bureaux de la commission européenne et en plus les médias n’en parlent pas ».

Par ailleurs, il juge que « la situation s’est améliorée après la campagne que nous avions mené cette année sur les Ape pour sensibiliser les belges ». Il a fait savoir que : « la plupart des belges qui connaissent les effet sur l’Afrique et les autres pays du Sud sont souvent ceux qui soutiennent la campagne contre ces accords. On a eu un succès avec ça ».


À voir aussi

Passation de marchés : L’Armp épingle l’Uvs

L’Université virtuelle du Sénégal (Uvs) a été épinglée  pour le marché relatif de fournitures de bureau …

UEMOA: Les acteurs à l’école de la législation communautaire de la concurrence à Dakar

La Commission de l’Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA)  organise,  depuis  hier à  Dakar, un …