téléchargement (12)

LES FRÈRES SANÉ EN DIFFICULTÉ EN CLUB 2016 à vite oublier pour Lamine et Salif

L’année 2016 est à vite oublier pour Lamine Sané et Salif Sané. Le premier est en difficulté à Bordeaux tandis que le second doit dejà faire ses valises pour la division inférieure avec la descente aux enfers de Honovre 96 en Allemagne.

À chacun son lot de malheur. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Promoteurs au tant en club qu’en sélection nationale, les frères Sané ont vécu une année 2016 très difficile.

Lamine Sané était bloqué au club, lors du mercato hivernal, en dépit des sollicitations. Son départ de Bordeaux vers la Premier League a échoué, une poile. C’était une belle opportunité pour  le défenseur sénégalais des Girondins de Bordeaux,  alors qu’il accumulait les mauvaises prestations dans son club actuel.

Dans la foulée, l’ancien capitaine des Lions a été relégué sur le banc un moment et suspendu pour « une durée indéterminée ». Lamine Sané a  eu une altercation avec son jeune coéquipier, Jérôme Prior, le gardien de but du soir de l’élimination de Bordeaux à  domicile par le FC Nantes, en huitièmes de finale de la Coupe de France (3-4).

Le défenseur sénégalais, auteur d’une bourde ayant conduit au premier but nantais signé par Yacine Bamou, se serait-il fait remonter les bretelles par son coéquipier ?

Il y avait urgence pour le défenseur international sénégalais qui avait le moral au talon.  Lamine n’a pu empêcher sa descente aux enfers, alors qu’il avait la confiance de Willy Sagnol, le coach, qui lui avait confié le brassard de capitaine, avant de se faire ranger dans les placards pour son envie de partir.

Beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Bientôt au terme d’une saison qu’il qualifie de « saison noire », Lamine Sané a dans un entretien exclusivif accordé au site du club  pour notre site, dit  avoir la force mentale pour en arriver là. « Ce fut très difficile, on peut parler de saison noire. C’est la première saison de ma carrière dans laquelle je traverse autant de péripéties. Ma blessure ne m’a pas aidé. Il reste quatre rencontres, nous allons les préparer au mieux et déjà nous concentrer sur l’année prochaine. La vie est faîte d’épreuves, il fallait les surmonter. Mes pépins physiques étaient tels que beaucoup de joueurs auraient songé à arrêter le football. J’ai la chance d’être aux Girondins, je n’ai jamais lâché, et je ne lâcherai pas », disait-il.

Si dans cette situation, Lamine s’est reconforté avec la sélection nationale, bien qu’en difficulté aussi, son frangin, Salif Sané n’a pas bénéficié de l’indulgence  d’Aliou Cissé, le coach. Alors encore sur la constance de sa performance en club, l’ancien défenseur de Nancy s’est fait bouffer par la concurrence dans la tanière. Il y a au moins deux joueurs du même profil que lui, mais plus frais et moins concerné par la situation de leur club dans leur championnat respectif. Un handicap. Psychologiquement, c’était plus reposant. Le démon du mal a poursuivi le jeune frère de la fatrie Sané avec la descente dans le trou de Hanovre 96, son club.  À 6e journée de la cloture de la Bundesliga il faudra un miracle pour Hanovre 96, lenterne rouge avec seulement à 10 points du Weder Breme, d’echapper au purgatoire.

Isssiaka TOURE

Voir aussi

FOOT – TOURNOI DE DOHA Les juniors du Sénégal en finale

 L’équipe du Sénégal des moins de 20 ans s’est qualifiée hier pour la finale du …