Accueil / ACTUALITES / Les jeunes invités à l’abstinence pour prévenir le VIH

Les jeunes invités à l’abstinence pour prévenir le VIH

Le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, Mame Mbaye Niang, a invité, samedi, ses jeunes compatriotes à revisiter les valeurs religieuses, traditionnelles et culturelles qui plaident en faveur de l’abstinence, afin de prévenir la pandémie du VIH Sida.

M. Niang procédait au lancement officiel la Semaine nationale de mobilisation des jeunes contre le Sida, devant les locaux du CDEPS de Tambacounda (est), sur le thème « Zéro nouvelle infection au VIH en 2015 en milieu jeune : bilan et perspectives ».

Il a invité les jeunes à une réflexion à un moment sur cette problématique, dans un contexte de « raréfaction » des ressources allouées par la communauté des bailleurs à la lutte contre le Sida.

Selon le ministre de la Jeunesse, si « on en est arrivé à ce stade, c’est parce qu’on ne vit plus conformément à nos valeurs et à nos mœurs ».

« Le meilleur moyen de se prémunir contre ce fléau demeure et reste l’abstinence totale (chez) les jeunes, le meilleur moyen pour les adultes – et c’est plus conformes à nos valeurs -, c’est de rester fidèle » à son conjoint ou conjointe, a-t-il poursuivi.

Mame Mbaye Niang a souligné la nécessité de la mobiliser des ressources importantes pour la lutte contre le Sida, « parce que c’est l’avenir du pays qui est menacé ».

« Nous sommes obligés, mais (considérons) que si nous vivions conformément à nos réalités religieuses et culturelles, nous n’en serions pas là », a-t-il dit.

« J’appelle la jeunesse de mon pays (…) à revisiter nos valeurs et à vivre conformément à (leurs) enseignements », a ajouté le ministre, d’un ton solennel, avant de s’engager à « ne ménager aucun effort pour trouver une solution durable » à cette question.

Il a évoqué l’élaboration d’une « stratégie sectorielle, arrimée à la politique nationale », en promettant d’inscrire « une ligne spécifique VIH » dans le budget de son département, allouée à la prévention du Sida chez les adolescents et les jeunes. « Investissement ne saurait être plus stratégique que la santé des jeunes dans un comme le nôtre », a-t-il estimé.

Parlant de la situation de la maladie à Tambacounda, le ministre de la Jeunesse a estimé que l’exploitation minière constitue « un problème » et représente l’un des facteurs qui valent à la zone orientale son fort taux de prévalence de 1,4%, comparé au taux national de 0,7%.

Il a exhorté les jeunes à se mobiliser davantage pour inverser la tendance, saluant « la contribution remarquable » de cette frange de la population, qui a permis de sensibiliser des milliers de jeunes de 15 à 24 ans et de les amener à se faire dépister.

« De 2012 à 2014, le secteur jeunesse a dépisté plus de 200.000 personnes, dont une majorité âgés de 15 à 24 ans », a-t-il relevé, ajoutant que dans la même période, 15.000 jeunes ont été dépistés à l’occasion des différentes éditions de la Semaine de la jeunesse dont 43 cas positifs.

Les pouvoirs publics sont engagés pour un Sénégal émergent en 2035 avec zéro infection au VIH Sida et zéro décès lié à cette maladie, mais même si la vision zéro infection en 2015 n’est pas atteinte, le pays peut vaincre cette pandémie d’ici 2030, grâce à l’engagement et au « comportement responsable ».

APS

Share This:

À voir aussi

ANTONY MOTHAE MARUPING, COMMISSAIRE AUX AFFAIRES ECONOMIQUE DE L’UA « Cette fois, nous arriverons  »

Dakar a abrité depuis hier la dixième réunion annuelle du comité  technique spécial de l’Union …