Accueil / ACTUALITES / Les magistrats sénégalais mettent en garde Wade

Les magistrats sénégalais mettent en garde Wade

«Ne faut-il pas répondre publiquement au chef de l’Etat lorsque ce dernier fait des sorties qui remettent en cause l’indépendance de la magistrature ? ». Pour avoir fait cette proposition lors de l’Assemblée générale de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), Aliou Niane de la Cour des comptes qui succède à Mamadou Dème à la présidence de l’Ums, a été mis en minorité par ses collègues. D’ailleurs, le président sortant a révélé que lors d’une rencontre du bureau de l’Ums, Aliou Niane avait fait cette proposition mais les autres membres n’étaient pas d’accord.

Source : L’As
Cette affirmation de Mamadou Dème lui aura néanmoins coûté cher, puisque certains magistrats lui feront remarquer qu’il n’avait pas le droit, en pleine Ag, de parler des délibérations du bureau. Cette position de la majorité des participants de la rencontre de ne pas répondre au chef de l’Etat a trouvé l’assentiment du Procureur général près la Cour de cassation. Pour Abdoulaye Gaye, rapporte une source sûre, «il n’est pas opportun de réagir, surtout que les politiques font des déclarations politiciennes». Finalement, Niane, mis en minorité, a rangé son idée dans les tiroirs.

N’empêche, la nomination de ce magistrat de la Cour des comptes comme président de l’Ums ne sera sans doute pas du goût du ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy. Un sérieux différend avait opposé le garde des Sceaux au successeur de Mamadou Dème. Le ministre avait même demandé à l’époque que Niane, alors trésorier de l’Ums, lui présente des excuses, ce que ce dernier avait refusé de faire malgré la «pression» de ses collègues. L’Assemblée générale a aussi permis aux magistrats de parler des «affectations arbitraires» dont sont victimes certains membres de l’Ums. Et c’est le magistrat Kouliba Dansokho qui a tapé sur la table. Devant ses pairs, il a affirmé que l’Ums doit bander les muscles face à la situation de ses membres affectés de manière arbitraire. Rien que pour cette année, dira Dansokho, quatre mesures «d’affectations arbitraires» ont frappé le bureau.


À voir aussi

Noyade: 56 morts depuis le début des vacances

Le bilan s’alourdit. 56 cas de morts par noyade sont enregistrés depuis le début des …

Election au Mali: Macky a félicité IBK

Le Président Macky Sall a appelé, hier, son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta, pour le …