téléchargement

Les mises en garde de Niasse à l’opposition «Nul ne peut opposer sa volonté à la loi»

 Ce qui s’est passé hier à l’Hémicycle ne va plus se reproduire. L’assurance a été  donnée par l’Assemblée nationale, donnant des garanties fermes que toutes les plénières se poursuivront jusqu’à leur terme.

Que l’opposition se détrompe ! Car le Parlement a décidé de sévir en cas de tentative de blocage de son fonctionnement. En effet, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, il est mentionné que l’Assemblée nationale, de par la loi, est outillée pour faire face, dans le calme et la sérénité, à toute situation de cette nature. «Il en sera de même pour toutes les séances des Commissions permanentes et pour les plénières qui poursuivront leurs travaux jusqu’à leur terme, car nul ne peut opposer sa volonté à la loi», précise-t-on dans un communiqué envoyé par nos soins par le service de communication de l’Assemblée.

En réalité, l’Assemblée nationale constate pour le déplorer, que depuis quelques jours, des contrevérités portant sur le dossier des groupes parlementaires sont diffusées à tort.  «Il s’agit en fait d’une crise profonde au sein d’un parti politique qu’on s’emploie à déplacer à l’Assemblée nationale», précise-t-on. Et la même source d’ajouter que le point de droit parlementaire est l’irrecevabilité de la démarche entreprise par un député qui n’est pas habilité à saisir l’Assemblée nationale. En effet, l’article 20 du Règlement intérieur vise la constitution d’un nouveau groupe parlementaire.

«Les modifications dans la composition d’un groupe parlementaire sont plutôt réglées par l’article 22 qui stipule qu’elles doivent être validées par le Président du groupe concerné», reprécise-t-on. Par conséquent, l’Assemblée nationale n’a pas pris position sur la querelle interne qui concerne un parti politique. Les accusations d’immixtion à l’encontre du Président et du Bureau sont donc sans fondement aucun, relate le communiqué. Qui estime qu’il n’est pas acceptable que des velléités de blocages ciblent la deuxième Institution de la République. A signaler que les députés de l’opposition, munis de sifflets, se sont mis à troubler le déroulement des travaux de la Commission du Développement et de l’Aménagement du Territoire. Devant cette situation, la Commission a dû suspendre ses travaux, pour les reprendre quand le calme est revenu.

Mouhamadou BA

Voir aussi

telechargement-7

ME AÏSSATA TALL SALL  “Le 25 janvier, on passera aux choses sérieuses ”

“Ce renvoi s’explique parce que nous appelons, dans notre jargon judiciaire et de procédure, la …