Accueil / ECONOMIE / Les multiples facettes du mois de juin

Les multiples facettes du mois de juin

La conjoncture économique interne du Sénégal est marquée au niveau du secteur primaire par le démarrage timide de la saison des pluies pour la campagne agricole 2007/08, une légère hausse des débarquements de la pêche et une baisse de la production dans le secteur de l’élevage. Le retard enregistré dans le démarrage des pluies a présenté l’évolution de l’économie du pays sur de multiples facettes.

Source : Sudonline
La dernière note de conjoncture du mois de juin que vient de publier la direction de la prévision et des études économiques fait état d’une légère hausse des débarquements de la pêche et une baisse de la production dans le secteur de l’élevage.

Au niveau du secteur secondaire, la note de conjecture précise que l’indice du chiffre d’affaires a enregistré au mois de juin 2007, une baisse de 8,9% par rapport au mois précédent. Un état de fait imputable à la baisse des activités dans l’industrie mais aussi au ralentissement du sous-secteur des bâtiments et travaux publics. Par contre, en glissement annuel, ajoute le document, le chiffre d’affaires s’est amélioré de 1,4% par rapport à juin 2006 et de 4% en moyenne sur le premier semestre 2007.

S’agissant du secteur tertiaire, le mois de juin 2007 est caractérisé par une bonne tenue du chiffre d’affaires avec des hausses respectives de 3,3% au niveau des services et de 4,6% pour le commerce par rapport au mois précédent. En glissement annuel, précise la note de conjecture, les services ont évolué de 3,8% et le commerce de 13,1%. En moyenne sur le premier semestre, le document affirme que « le chiffre d’affaires a augmenté de plus de 12% aussi bien pour les services que pour les activités commerciales ».

Une inflation supérieure à 3%

Les prix à la consommation, après le léger repli observé depuis deux mois, ont enregistré au mois de juin 2007, un accroissement de 0,6%. En glissement annuel, la note de conjoncture avance que « le niveau général des prix s’est inscrit en hausse de 6,0% et a augmenté en moyenne de 5,5% sur le premier semestre 2007 ».

Cette tendance n’est pas la même au niveau de l’environnement international surtout dans les pays développés. Selon le document, le profil des prix à la consommation, principalement déterminé par l’évolution des cours des matières premières est mitigé. Dans les pays industrialisés, avance la note de conjoncture, « l’évolution des prix est globalement baissière, mais différenciée à l’intérieur de la zone ». A l’en croire, « l’évolution des prix est en légère baisse aux États-Unis, modérée en zone euro et déflationniste au Japon ». Dans les pays en développement, le document avise que la tendance des prix est globalement haussière, tirée à la fois par les composantes énergétiques et alimentaires. En Afrique, dans la zone Uemoa, « les prix à la consommation ont différemment varié au premier semestre de 2007 comparativement à la même période un an auparavant ». Si au Burkina et au Niger, le document de la direction de la prévision et des études économiques reconnaît que les prix ont connu une évolution négative, par contre, ajoute t-il, « au Sénégal et en Guinée-Bissau, l’inflation est supérieure à 3% ».

Pertes de compétitivité de 2% sur l’économie

La compétitivité de l’économie sénégalaise n’a pas trop subi les aléas. La note du conjoncture fait savoir qu’« elle est restée stable au mois de juin 2007 comparée au mois précédent ». Mais en glissement annuel, a t-il ajouté, « l’économie a enregistré 2% de pertes de compétitivité, celles-ci se situent à 3% en moyenne sur le premier semestre de 2007 ». Par ailleurs, dans le même mois de juin 2007, les échanges extérieurs de biens du Sénégal sont caractérisés par une baisse aussi bien des importations que des exportations, comparés au mois précédent. Par contre, en glissement annuel, comme pour le cumul, ajoute la note de conjoncture, « les importations ont augmenté contre une baisse des exportations ». Et de préciser que le déficit de la balance commerciale en juin 2007 se situe à 83,8 milliards de F Cfa et s’améliore de 29,6 milliards de F Cfa par rapport au mois de mai contre une aggravation de 15,6 milliards de F Cfa en glissement annuel.

Amélioration dans les finances publiques

Le mois de juin est marqué par une amélioration des finances publiques et de la situation monétaires. Selon la note de conjoncture, la gestion budgétaire au cours du premier semestre 2007 a été caractérisée par un niveau appréciable des rentrées de recettes estimées à 549 milliards de F Cfa et un suivi rapproché de l’exécution des dépenses budgétaires, qui sont provisoirement évaluées à 654,4 milliards de F Cfa. Ainsi à fin du même mois, ajoute le document, le déficit global dons compris, s’est établi à 56,1 milliards de F Cfa et le solde de base y compris les dépenses Ppte (Pays pauvres très endettés), est estimé en déficit de 34,9 milliards de F Cfa. Quant à la situation monétaire, la note de conjoncture avance qu’elle serait caractérisée en juin 2007, par une amélioration de 6,6 milliards de F Cfa des avoirs extérieurs nets, une expansion de la masse monétaire et une hausse de 9 milliards de F Cfa des crédits intérieurs, suite à une augmentation des crédits à l’économie. Pour la Position Nette du Gouvernement, avec une légère détérioration, « resterait en situation débitrice de 14,7 milliards F Cfa ».

Globalement, au vu des évolutions conjoncturelles observées dans les différents secteurs, le document conclut que les projections de croissance économique qui se situent à 5,4% pour 2007, « pourraient être confirmées, pour peu que la pluviométrie soit bien répartie dans le temps et dans l’espace, pour le reste de l’hivernage ».


À voir aussi

Ministère de l’Economie: Vers  une Union des mutuelles pour ses agents

L’Assemblée générale constitutive de l’Union des Mutuelles du Ministère de l’Economie, des Finances et du …

Pme: Les banques invitées à soutenir le secteur

L’association internationale « Financement participatif Afrique & Méditerranée-FAM » a tenu la seconde édition du Forum …