Les précisions du monde sur le financement de la présidentielle 2012 de l’opposition en exergue

  • Category : ACTUALITES
  • By : moussa keita
  • Date : 21 décembre 2015

Dakar, 21 déc (APS) – Les quotidiens parvenus lundi à l’APS reviennent largement sur les précisions apportées par le quotidien français Le Monde relatives à son article sur l’opposition sénégalaise dont la campagne pour la présidentielle de 2012 aurait été financé par de l’argent russe.

 « Lamine Diack, ancien président de l’IAAF, mis en examen, par la justice française, pour corruption passive et blanchiment aggravé, aurait soutenu la candidature de M. Sall par l’argent des Russes », rappelle le quotidien Le Soleil, suivant le fil d’une affaire partie de la publication d’un article du quotidien français Le Monde.
Mais il y a eu depuis « un rebondissement » dans cette affaire, l’un des auteurs de cet article ayant « reconnu que Lamine Diack n’a jamais cité le nom de Macky Sall dans cette affaire de financement de l’opposition sénégalaise au président Wade. Le journal a alors présenté ses excuses », écrit Le Soleil.
« Affirmer le vendredi pour se dédire le dimanche, c’est ce que le journal Le Monde a fait. Le quotidien a publié une précision sur son site déclarant que Lamine Diack n’a jamais cité Macky Sall nommément. Ce qui ne blanchit ni le président ni les autres membres de l’opposition de l’époque », signale Enquête, évoquant une « bourde …mondiale ».
« C’est un autre son de cloche que Le Monde a donné le week-end », après « avoir écrit que Diack a déclaré que +des fonds russes auraient contribué en 2012 au financement de la campagne de Macky Sall+ », relève Le Quotidien.

« Le Monde s’effondre », estime le même journal, via sa manchette. L’Observateur imagine le même titre, mot à mot, pour sa Une. L’As note que le journal français « se rétracte au sujet du chef de l’Etat sénégalais ».

« +Le Monde+ dégonfle la bulle », constate Le Témoin, en citant un extrait des précisions du quotidien Le Monde. « Jamais nous n’avons cité le président Macky Sall », précise le journal.

« Un démenti à sa propre publication. C’est la prouesse réussie par Le Monde. Après avoir traîné dans la boue le président Macky Sall, en reprenant de soi-disant déclarations de Lamine Diack, sur la présidentielle 2012, le journal français a rendu publique une précision pour disculper le chef de l’Etat », indique Le Populaire.
« On a rapporté textuellement les aveux de Lamine Diack » devant les enquêteurs, précise un des auteurs de l’article. Mais n’empêche, à la Une de Sud Quotidien, le secrétaire général du gouvernement, Abdou Latif Coulibaly, « met en cause un cabinet français ».
« Suite et pas fin des accusations portées par l’ex-président de l’IAAF sur le financement de l’opposition d’alors pour combattre le régime de Wade. Malgré les démentis, le Cadre de concertation de l’opposition persiste et signe et exige que le chef de l’Etat s’adresse aux Sénégalais pour éclairer leur lanterne », écrit Walfadjri.

Suffisant pour que le pouvoir « se braque contre l’opposition et la presse », avec notamment la garde-à-vue du coordonnateur du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), Oumar Sarr, rapporte Le Populaire.

Beaucoup d’autres journaux reviennent par ailleurs sur un autre développement de cette affaire, relatif à l’arrestation de certains journalistes dont les organes ont traité de cette affaire.

Le Populaire, par exemple, rapporte que le Conseil des éditeurs et diffuseurs de presse (CEDEPS) « exige l’arrêt de toute poursuite », estimant que cette « situation de traque des journalistes est un recul pour la démocratie sénégalaise et n’honore pas ses auteurs ».

 Malgré tout, précise Walfadjri, deux responsables du groupe de presse D-Média et un journaliste-présentateur « feront face aux enquêteurs de la DIC », la Division des investigations criminelles, ce lundi.
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15