Accueil / ACTUALITES / Les recommandations du Khalife général toujours d’actualité- Serigne Sidi Mactar Mbacké et son viatique : adoration, science et travail

Les recommandations du Khalife général toujours d’actualité- Serigne Sidi Mactar Mbacké et son viatique : adoration, science et travail

Il y a deux ans, Serigne Sidi Mokhtar Mbacké appelait les disciples à «  se conformer au ndiguel », au « retour vers l’agriculture », et à cultiver la solidarité.

Le Khalife général des mourides conviait « tout le monde à persévérer dans cette voie, a exhorté les jeunes chômeurs des villes, même vivant à Dakar, de retourner dans les champs. Un retour vers l’agriculture ». Par ailleurs, Serigne Sidi Mokhtar Mbacké avait exhorté ses disciples à se contenter de ce qu’ils ont, sans attendre l’assistance de personne dans la réalisation de leurs projets. « Cette invite est également valable pour les communautés et les États, qui au lieu de trouver les voies et moyens de s’en sortir par eux-mêmes, courent derrière les puissances étrangères. Alors qu’avec l’autosuffisance qui consiste à travailler d’une manière licite et légale, on préserve son honneur et sa dignité. Parce que, disait Serigne Touba, l’aide étrangère même si elle résout le problème de l’heure engendrera la perte de notre dignité, entachera notre honneur ». C’est sur ce point important que le khalife a rappelé une recommandation du fondateur du mouridisme qu’il a d’ailleurs réitéré pour l’extension de la grande mosquée de Touba, à travers une contribution symbolique d’au moins 500 francs. Et le khalife de raconter une anecdote datant de 1926, alors que le Cheikh qui avait le projet de construction de la grande mosquée, attendait une autorisation de l’administration coloniale. Cette dernière qui ne voulait pratiquement pas de ce projet de l’islam avait exigé des garanties. Lorsque le Cheikh a été informé, il a fait appel aux disciples, jeunes, vieux, hommes et femmes, à une contribution symbolique de 140 francs. Et cette collecte qui a permis de réunir 5 millions. Par la suite, cette solidarité a été une inspiration, prouvant que la solidarité dans la communauté facilite toutes les entreprises. Ainsi, le Cheikh rassembla ses compagnons et disciples pour leur recommander ceci : « Je voudrais vous adresser une recommandation dont chacun (e) de vous devra être la couloir de transmission auprès de ceux qui n’auront pas assisté à cette assemblée. Toutes les fois que vous voulez entreprendre quelque chose telle la construction de cette mosquée, je vous conseille de compter sur vos propres moyens et mettre toute votre énergie pour arriver à sa réalisation. Si le projet est au-delà des moyens dont vous disposez, évertuez-vous à le faire aboutir en cherchant inlassablement mais licitement et décemment les moyens de sa réalisation. Et lorsque vous aurez atteint vos limites, attendez-vous à cette promesse divine « Allah fera suivre la facilité à la difficulté ». Et d’agir ainsi chaque fois que besoin se fera sentir. Et que ceux qui sont présents informent ceux qui sont absents. Quiconque veut préserver son intégrité et garder sa foi intacte, selon le Cheikh doit s’armer de trois choses importantes à savoir la liberté, l’autonomie qui le soustrait de la dépendance vis-à-vis des autres et vivre dignement. En somme, le savoir, l’appel à la paix et à la concertation dans la tolérance ne seront pas en reste pour harmoniser le viatique du khalife.

Ndèye DIAW

Share This:

À voir aussi

GO- Déclaration de patrimoine : On met à peu près combien, grand Tanor ?

Pas facile de bouffer tranquillement son fric, dans ce pays. A la moindre dépense grandiose, les …