SANTE

Les risques d’une recrudescence du Vih/Sida sont réels (ANCS)

  • Date: 21 mars 2016

Les risques d’une recrudescence de l’épidémie du VIH sont réels si les résultats importants obtenus jusqu’ici ne sont pas consolidés par des efforts intensifiés et des stratégies accélérées aux niveaux local, national, régional et mondial, a soutenu la Directrice exécutive de l’Alliance nationale contre le Sida (ANCS).

A l’ère des nouveaux Objectifs du développement durable (ODD) approuvés lors de la dernière Assemblée générale des Nations Unies, ‘’le VIH n’est plus un objectif à part alors que dans les Objectifs du millénaire pour le Développement le VIH, la lutte contre l’épidémie occupait une position centrale’’, a regretté Maguette Mbodji, lundi lors de l’ouverture de la Consultation régionale de la société civile tenue en prélude à la Réunion de haut niveau sur le VIH/Sida.

‘’En 2015, les efforts intenses et combinés de la communauté internationale, aux plans programmatique et financier, ont permis d’atteindre les cibles relatives à la lutte contre le sida, a t –elle rappelé.

Il s’agissait ‘’d’enrayer et d’inverser la propagation de l’épidémie de sida et assurer l’accès au traitement à toutes les personnes vivant avec la maladie’’. A la mi-2015, près de 16 millions de personnes avaient accès au traitement Antirétroviraux, selon les estimations de l’ONUSIDA.

Pour Maguette Mbodji, ‘’cet important résultat reste précaire et fragile si les efforts dans la lutte ne sont pas poursuivis’’.
‘’Que ce soit le VIH en particulier ou la santé de manière générale, ils sont dilués dans un objectif général de développement durable : Celui du bien-être’’, a t – elle souligné.

Ainsi, le principal défi des organisations de la société civile est ‘’de trouver un créneau, une niche pour le VIH et la santé dans cet objectif global’’. C’est pourquoi la société civile de la région ouest africaine et de centre a cru nécessaire de tenir cette Consultation régionale en vue ‘’positionner la lutte contre le VIH comme une priorité et maintenir son financement’’.

‘’C’est un grand défi pour les organisations de la société civile, parce que si le VIH et la santé de manière générale ne restent pas des questions prioritaires dans les ODD, il y a de fortes chances qu’ils soient à court de financement’’, a souligné Maguette Mbodji.

Réunis durant deux jours à Dakar à l’initiative de Onusida, les acteurs de la société civile de l’Afrique de l’ouest et du centre devrait permettre d’harmoniser leurs positions lors de la Réunion de haut niveau sur le Vih/Sida prévue en juin à New York. Organisée tous les cinq ans cette rencontre regroupe les différentes parties prenantes de la réponse à l’épidémie pour définir les grandes orientations et les pistes d’action pour les cinq prochaines années.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15