marche_travailleurs-uasz

LES TRAVAILLEURS DE L’UASZ INVESTISSENT LA RUE

L’insuffisance du budget alloué à l’université et la mal gouvernance sont les principaux mobiles agités par les travailleurs de l’université Assane Seck de Ziguinchor qui se sont illustrés hier, jeudi, par une marche dans les rues de Ziguinchor. Un mouvement d’humeur manifesté par ces travailleurs regroupés autour du Satuc, le syndicat des travailleurs des universités et des centres/ Section Université qui ont battu le macadam du rond-point « Belaly » à la Gouvernance au rythme de slogans du genre « Tout va mal », « l’Université cherche recteur ». Une fois n’est donc pas coutume dans cette université. Cette fois-ci, ce sont les travailleurs qui ont annoncé, à travers leur mouvement d’humeur, la couleur dans ce temple du savoir qui est souvent zone de prédilection de mouvement de grogne. Et lorsque le secrétaire général du Satuc Sidate Sané a élevé la voix, c’est pour lancer amèrement ces propos : « Cette marche est pour protester contre ce qui se passe à l’université Assane Seck de Ziguinchor. Aujourd’hui, l’université traverse des moments difficiles. Nous avons jugé nécessaire de marcher pour protester contre l’insuffisance du budget alloué à l’université. Aujourd’hui, nos cotisations sociales ne sont pas versées. Au niveau des hôpitaux, l’Université peine à honorer ses engagements. En termes de locaux, les conditions sont difficiles, les travailleurs sont entassés dans les bureaux et à ce rythme, l’université risque de fermer. A cela s’ajoute en outre la mal gouvernance au sein de cette université». «Au secours !!! il faut sauver l’Uasz », ont lancé les travailleurs qui estiment que c’est toute la communauté universitaire dans sa diversité qui est debout comme un seul homme pour dénoncer énergiquement l’insuffisance du budget plombé par une subvention de l’Etat qui n’a pratiquement pas augmenté depuis près de trois ans. Ce chapelet de griefs a été finalement couché dans un mémorandum que les marcheurs ont remis au chef de l’exécutif régional, le gouverneur de région Al Hassane Sall. Des travailleurs qui menacent toutefois de passer à la vitesse supérieure si leurs doléances ne sont pas satisfaites. La marche d’hier pourrait être la dernière ou l’avant-dernière cartouche, si l’on en croit le syndicaliste qui se dit écœuré par le retard dans la concrétisation du Crouz (Centre des œuvres universitaires de Ziguinchor). D’autres complaintes ont fini par remplir le panier des doléances des travailleurs : l’absence de ligne téléphonique fixe, une université rayée de la carte du Web à cause de son site inaccessible; des passifs soulevés par le Satuc qui charge le recteur de l’université Keba Kourfia Diawara qui promet de réagir très prochainement.

Voir aussi

barthelemy dias

Barthelemy Dias octroie des bourses aux étudiants de sa commune

L’éducation et la formation font des préoccupations majeures du maire de Sacré Coeur. En effet, …

2 comments

  1. Vraiment c’est ignoble pour un syndicaliste de mentir à la face du monde. la calomnie et la désinformation ne passera pas . l’université Assane SECK est en phase de construction: plus de 13 chantiers en cour de finition . Donc il faut aller faire un tour pour voir cela. Allez travailler et cesser l’intoxication qui ne va jamais prospérer.

    • tai vraiment un pauvre type toi. lèche botte, continu comme ça. d’ailleurs tu fais quoi comme travail à l’université?

      Sois un homme, organise un point de presse pour démentir ce que les syndicats ont dénoncé. tu oubli que tu a attérit à l’université sans diplome mais sous la casquette d’un pauvre garde du corps.
      thiiiipppp
      do rousss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *