téléchargement

L’espace politique sénégalais comme une jungle Plus de 200 partis, «hors-la-loi»

 

 On en compte plus de 200. Ils seraient 240 partis politiques légalement constitués. Mais combien sont-ils à être «hors-la-loi». En effet, certains n’ont ni adresse, ni répertoire téléphonique et même pas de siège ou permanence  pour tenir des réunions,  bref, ils sont dans  la «clandestinité». Ce que déplore la tutelle.

240 partis politiques identifiés par les services du ministère de l’Intérieur. Des partis légalement constitués. Mais dont certains ne peuvent même pas remplir un studio photo. Une situation que les hautes autorités de la République cherchent à solutionner. Des chefs de parti qui sont pour l’instant inactifs. Combien sont-ils à tenir des bureaux politiques. Même à l’Alliance pour la République, l’on ne discute plus de sujets relatifs  à la chaude actualité. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de communiqués sur le drame de Mouna, la rentrée scolaire, le chômage des jeunes, etc. Pour l’heure, l’Afp tient régulièrement des réunions, au moins pour redynamiser le parti. Au Parti socialiste, cela se compte du bout des doigts. Au Parti démocratique sénégalais, il a fallu le retour de Me Abdoulaye Wade, pour insuffler une cure de jouvence. Des anciens ténors très virulents comme Cheikh Tidiane Gadio, Abdourahim Agne, Djibo Kâ, Landing Savané, Amath Dansokho, toujours prêts à lancer des missiles, sont aux abonnés absents. Quant au plus gros de la troupe, c’est le silence radio.

Pour beaucoup d’entre ces illustres inconnus, sauf du fichier, la dèche est passée par là. Avec Macky, il n’ya pas de tontine ou d’avances sur salaires ou appuis financiers. Il faut travailler à la sueur de son front.  Ces chefs de parti, dont le quorum atteint quelque fois, trois voire quatre pelés et un tondus, c’est la recherche d’un trésor. D’une bonne planque. Pour sauver des idéologies nées souvent lors des durs moments de la vie estudiantine. On ne sait même plus s’il faut être socialiste, léniniste, de Gauche ou de Droite. Des slogans que les jeunes Sénégalais ne connaissent même pas. Ces chefs de parti ne peuvent même pas remplir un studio de photo… minute. Selon quelques indiscrétions, la tutelle à même des cheveux blancs. L’émissaire épuise tout son réservoir, en sillonnant les quartiers de la ville et de la banlieue, pour remettre des convocations. Il se heurte à un anonymat total.

Des partis qui doivent, au moins, avoir une adresse électronique, pour pouvoir être contacté en cas de réunion, avec le ministre de l’Intérieur. Depuis combien de mois, ces réunions ne se sont pas tenues ?

Des partis au bord de la faillite

L’Apr, le Pds, l’Afp, le Ps, Rewmi, le Pit, la Ld, sont dans presque le dénuement… des permanences qui ne l’ont que de nom. A cause de leur vétusté. Surtout au Pit, où la végétation, les toiles d’araignées, un décor de halloween a pris le dessus. Certains ont même loué la devanture pour éponger les dettes. A Khar Yalla.

Pis, aujourd’hui, chaque grand veut tenir sa réunion. Soit chez lui, soit dans un hôtel huppé. Pour être dans le vent.

Il est donc temps que cette situation soit revue. A quelques mois des élections, les Sénégalais verront des visages nouveaux sanglés comme «Kocoumbo», venir bousculer la hiérarchie. Ils se diront prêts à briguer un mandat. Et vouloir détrôner Macky Sall. Ils sortiront de leurs salons, cherchant coûte que coûte des connections avec la presse, pour se faire entendre. Ils seront de plus en plus visibles. Une occasion, pour au moins se rapprocher d’un ténor et l’accompagner non dans les tournées, Mais dans la capitale. Devant les caméras, vous les verrez sourire, pour au moins, passer dans un journal télévisé. Parmi ces  chefs de parti,  de Souleymane Ndéné Ndiaye, le dernier arrivé s’est prononcé sur l’actualité, aucun. Quant aux autres, n’en parlons pas.  A ce moment, les services du ministre A. Daouda Diallo pourront au moins mettre la main sur eux, pour leur remettre au moins, une feuille d’émargement…

Ndèye DIAW

Voir aussi

telechargement-7

ME AÏSSATA TALL SALL  “Le 25 janvier, on passera aux choses sérieuses ”

“Ce renvoi s’explique parce que nous appelons, dans notre jargon judiciaire et de procédure, la …