Contributions

Lettre à Monsieur le ministre de l’Education nationale : Pour une sortie de crise du système scolaire

  • Date: 5 octobre 2015

Monsieur le ministre,

Merci de prêter attention à une idée et de bien vouloir la creuser en relation avec les compétences de votre département. Je propose, pour faire face à la crise du système scolaire reflétée par le taux d’échec au baccalauréat de l’ordre de 70%, d’essayer une légère mutation technologique dans la méthode d’enseignement.
Il s’agit, avec l’avènement de la Tnt, de créer une chaîne canal scolaire donnant des cours en direct à la télévision. Ses types de cours existent déjà sur internent mais la Tnt offre plusieurs avantages par rapport à l’Internet.  D’abord, le coût : les frais de connexion et le coût de l’ordinateur ne sont pas à la portée de tout le monde. Ensuite, l’apprenant du village le plus reculé de Kolda aura la même qualité de cours que l’élève de Dakar. Il lui suffit simplement de disposer d’une télévision disponible, en principe, dans tous les coins reculés et d’un décodeur Tnt (10.000 FCfa).
La Tnt libère beaucoup de canaux dont l’un au moins peut être utilisé la télévision. La télévision permet aux jeunes d’apprendre beaucoup de choses pas toujours utiles dans la vie. Pourquoi ne pas l’utiliser pour couvrir les programmes, éviter les ruptures dans l’année scolaire, les débuts tardifs, les vacances prolongées et autre grève d’enseignants….
Dans la pratique, c’est le ministère de l’Education nationale qui disposerait d’une unité audiovisuelle et d’un studio télévision très léger pour assembler les cours dans les emplois de temps de différentes classes et les diffuser. Elle se charge surtout d’assurer la programmation classe par classe et de veiller à disposer de relais pour s’adapter au rythme d’absorption des connaissances. Les longues vacances de Noël et de Pâques pourront être mises à profit pour reprendre éventuellement certains cours et procéder à une évaluation générale.
L’Education nationale procédera à un appel d’offres pour chaque unité d’enseignement (ex : programme d’histoire et géographie de la Première L2, programme de physique de la Seconde S, etc).  Les autres offres qui ne seraient pas retenues pourraient être valorisées par les sociétés de production sur Internet ou avec d’autres supports (clé, carte mémoire, Cd, …). Les élèves intéressés pourraient ainsi disposer de plusieurs offres d’un même programme pour complément ou enrichissement.
Les enseignants peuvent créer, en fonction des matières, des sociétés de production de cours en partant du programme fourni par le ministère de l’Education nationale.
A titre d’exemple, des professeurs de mathématiques peuvent se regrouper pour produire un cours fait de séquences télévisées reproduisant une salle de classe avec un enseignant et tout le matériel pédagogique nécessaire pour les différents éléments du chapitre. Ces séquences seront découpées pour assurer la compatibilité avec l’emploi du temps. Et des séquences de deux heures pourraient alternées avec des séances plus courtes.

Déroulement  
Chaque jour, à l’heure indiquée pour son emploi du temps, l’élève allume son téléviseur et prend son cours de la journée comme s’il était en classe. Un enseignant apparaît à l’écran avec son tableau noir et s’adresse à l’apprenant comme si celui-ci était en classe.
Le cours se déroule ainsi jusqu’à la fin de l’heure consacrée à la matière. Après une pause, c’est au tour de l’enseignant d’une autre matière d’entrer en jeu. A la fin de la journée, notre élève aura subi tous les enseignements au programme de l’emploi du temps sans quitter son domicile. Le décodeur de la Tnt leur donne la possibilité d’arrêter l’image et de la revoir autant fois que nécessaire pour comprendre le passage.
L’environnement familial (parents, frères ou sœurs) aura son rôle à jouer en accompagnant l’apprenant pour qu’il ne se laisse pas distraire de l’objet du cours. Pour les familles aisées, les répétiteurs disposeraient d’un support supplémentaire avec ce canal scolaire pour renforcer la qualité de leur appui. La réussite de ce système d’enseignement est tributaire, comme du reste toutes les méthodologies d’enseignement, de la motivation de l’apprenant.
Avec ce canal scolaire, tous les programmes de toutes les matières sont examinés. A la fin de l’année, aucun enseignant ne pourra se dire qu’il n’a pas terminé son programme. Les élèves auront subi tous les enseignements de toutes les matières.
Ce canal ne remplace pas la classe classique, il la complète. Ces cours du canal scolaire ne dispensent pas de rencontrer les professeurs de l’école dans le cadre du présentiel pour l’évaluation   des enseignements et les explications complémentaires.

Avantage
Les temps de présence des professeurs en classe ainsi réduit peut être utilisé pour la recherche, la formation, la confection de cours, etc…
Les collectivités locales pourraient se joindre au mouvement en aidant à l’acquisition des supports pédagogiques (téléviseur, décodeur et autres programmes d’enseignement) pour les établissements scolaires de leur localité. L’éducation fait partie des compétences transférées, donc l’amélioration de la qualité des résultats scolaires de leur localité les concerne. Elles pourraient, pour les apprenants ne disposant pas de moyens, aménager des « salles de classes » à l’image des cyber café avec le téléviseur branché sur canal scolaire et éventuellement un surveillant éducateur.
Il sera difficile au début de l’expérience de réserver un canal scolaire à chaque inspection d’académie. Mais c’est une solution qui reste ouverte pour l’avenir. Les Inspections d’académie joueront un rôle de relais vis-à-vis du système central.
Ce système de télévision scolaire ne remplace pas l’école (lieu physique avec son personnel), il vient en complément pour améliorer la qualité des enseignements, relever le niveau et augmenter éventuellement les taux de réussite. Le professeur peut donner des indications sur les cours à venir, leur fournir de la documentation avant de les quitter, à titre d’exemple, pour une dizaine de jours. Plusieurs variantes de ce système de canal scolaire sont possibles car le téléviseur peut être installé en classe et servir de support directement à l’enseignant.
Dans un premier temps, la Tnt canal scolaire peut être essayée pour les classes d’examen (Troisième et Terminale). Car c’est le seul système qui peut vous assurer, sur l’ensemble du territoire, que tous les élèves d’une classe donnée ont suivi tous les enseignements de leur programme avec un coût relativement faible sans perturbations … en dehors des délestages. Cette expérience peut aussi s’inspirer de la méthode de radio scolaire utilisée à l’époque par le Clad (Centre linguistique appliquée de Dakar). Le système d’enseignement va évoluer vers l’utilisation des technologies d’information et de communication. Les solutions de Smartphones et autres applications viendront s’ajouter aux possibilités au fur et à mesure de la démocratisation de ces Tic et de la baisse de leurs coûts. Le temps n’est plus loin où les enseignements seront téléchargés. L’école et la classe en tant que lieu physique devraient progressivement … changer de fonction.
En attendant ces échéances …anticipons avec la Tnt canal scolaire.
Cordialement

Par Ousmane NDOYE *

* Consultant
noureyni.ndoye@gmail.com

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15