Contributions

 Lettre ouverte à  El hadj Sy, artiste- NDOUMBELANE EN FOLIE. Regard sur une société en crise (Par Abdoulaye Ba)

  • Date: 5 août 2015

Cher EL hadj,

Je ne pouvais ne pas rompre le vœu de silence que j’observe depuis le départ de Mamadou Traoré DIOP, notre compagnon émérite du  laboratoire AGIT ART, espace immatériel que nous partageons avec beaucoup d’autres dont nous ignorons encore les identités.

Oui El hadj, tu as encore raison de t’inquiéter pour notre Sénégal assis à l’image des deux lions installés dans une position assise au seuil du palais de la république.

Deux lions assis dis-tu ; ont-ils été savamment posés là par le gouverneur de l’Afrique occidentale française pour prouver l’efficacité de leur méthode de domination ? Les historiens sauront surement nous répondre.

Peu importe car ils ne peuvent pas empêcher la question fondamentale que posent ces deux lions surtout dans ce siècle naissant où toutes les certitudes tombent. Les œuvres d’art parlent à ceux qui les regardent et je comprends bien la question que tu me poses alors que mon esprit est captivé par cette nouvelle que je viens d’apprendre : des étudiants qui jettent des cailloux sur le président venu étrenner de nouveaux pavillons, quel paradoxe !

Revenant vers toi je t’entends poursuivre : «.. mais Abdou dis moi pourquoi ces lions sont-ils assis pendant que notre hymne national parle de lion debout…. ?

Poser cette question est un réel acte de courage, car la réponse ramène vers le travail d’introspection que nous redoutons tant.

Un lion assis à l’image notre cher Sénégal qui tarde à se lever depuis plus de cinquante ans, et dans lequel, les questions irrésolues d’hier sont celles qui se posent encore aujourd’hui.

Quand notre compagnon le cinéaste MAMEBETY posait la question du choix de notre animal fétiche, il avait déjà entamé le travail auquel tu nous convies à présent, avait-il été entendu ?

Hé oui Cher El Hadj, NDOUMBELANE est en crise et l’histoire nous enseigne que toutes les stratégies de réinvention de nouveaux modèles se sont définies avec l’aide des artistes et de la véritable société pensante.

Les cris de nos neveux et fils « Ya na marre » commence à  s’estomper car ils n’ont pas été accompagnés par cette même société pensante, je veux dire les Artistes et les Philosophes.

Fort heureusement, les espaces où doivent se définir ses nouvelles stratégies génératrices de  modèles cohérents pouvant impulser le développement sont laissés libres.

Hé oui Cher El Hadj, dans notre cher NDOUMBELANE les acteurs n’occupent que les espaces de l’invective, de l’injure, du parjure de la médisance du renoncement et j’en passe.

Aidons-les à retrouver comme le bon chasseur, le chemin du retour, car à force de faire le tour des modèles ils ont perdu les repères.

Si nous ne faisons rien, la banque mondiale va continuer à les endetter pour acheter des objets dont eux ne veulent plus, pendant que les  ONG vivront encore longtemps de la misère des peuples qui constitue un produit vendable à ceux qui ont hâte de soulager leur conscience meurtrie par tant d’années d’exploitation et pillage des ressources de ceux qu’ils disent vouloir aider : une spirale infernale.

Ya na marre, disaient-ils, mais alors que dire maintenant que les jeunes valides et pacifiques préfèrent mourir par milliers en bravant les océans vers cette Europe forteresse sans mémoire, plutôt que travailler pour bâtir le continent.

Et pourtant Cher El Hadj, l’Afrique, les Afriques devrais-je dire, l’Afrique disais-je n’est ni pauvre ni malade, elle est juste victime de sa classe dirigeante.

En venant au village des arts ce samedi du mois d’aout je suis resté deux heures  à l’arrêt vers le quartier de la patte d’oie où un pont pour améliorer la mobilité à Dakar est en construction ! Comment cela est-il possible au 21 siècle, de quoi me parle t- on, tous les jours des travaux sont effectués sur les autoroutes partout dans le monde sans que cela n’entrave la circulation !

Cher El Hadj, aidons les à comprendre que l’Afrique a le même âge que tous les autres continents du monde et commençons enfin à poser les bonnes questions.

En déboulonnant ces lions et en les relevant nous poserons aussi la question du rapport des sénégalais à la mer car comment expliquer que les petits enfants de la nation de Cheikh Ahmadou BAMBA MBAKE et de MAME LIMAMOU LAYE périssent de cette manière là dans la mer ?

Le premier a bel et bien prié sur la mer quand il le fallait tandis que l’autre a déplacé les limites de la mer pour les gens y habitent !

ABDOULAYE BA

AGIT ART

Secrétaire général de la PERL

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15