Contributions

Lettre ouverte à Me Moussa Diop, Directeur général de « Dakar Dem Dikk » (Par Pape SAMB)

  • Date : 30 juillet 2015

Monsieur le Directeur Général,

Depuis quelques temps, Dakar bruit, non pas des vrombissements des moteurs des bus de la société Dakar Dem Dikk, mais de vos élucubrations stériles, qui commencent franchement à nous taper sur le système. Venu ex-nihilo, vous avez été parachuté à la tête d’une société de transport public, patrimoine national, une charge apparemment trop lourde pour vos frêles épaules.

Monsieur le Directeur Général,

Passe encore que vous étaliez vos carences criardes dans le management de la société Dakar Dem Dikk au point d’être en passe de la conduire tout droit vers la banqueroute et de mettre la clef sous le paillasson,  vous poussez l’absurdité jusqu’à vouloir faire payer les pots qu’ils n’ont pas cassés, aux pauvres usagers de Dakar Dem Dikk. Sinon, comment comprendre que, sur un coup de tête, vous décidiez, unilatéralement, d’augmenter le prix du ticket du bus.

Dans un contexte d’un Sénégal bloqué (« Deuk-bi dafa Macky »), s’employer à pousser les pauvres Goorgoorlu à mettre encore la main à la poche, revient les pousser au fond de la tombe. Inacceptable, dans la mesure où les populations ne devraient pas trinquer de l’impéritie des dirigeants.

Heureusement que sur cette affaire de hausse des prix du ticket des bus de Dakar Dem Dikk, des esprits bien au fait des réalités de votre boîte, ont été bien inspirés d’éclairer la lanterne des Sénégalais qui ont failli être abusés par un Directeur Général mythomane et mégalomane. Et Momar, président de l’Ascosen (Association des Consommateurs du Sénégal) – puisque c’est de lui qu’il s’agit – de rétablir la vérité des faits : « Le Directeur général de 3D nous parle de problème de subvention que l’Etat doit lui donner. Et s’il dit avoir discuté du problème des subventions avec l’Etat, il n’a qu’à trouver des solutions avec les autorités étatiques au lieu de terroriser les consommateurs (…) Le prix des transports est fixé par le président de la République par décret, donc il ne faut pas, de manière inopinée, se réveiller pour dire que je vais procéder à une augmentation de prix. C’est comme s’il menace l’Etat et ça aussi ce n’est pas compréhensif. S’il doit y avoir une modification, c’est le président de la République lui-même qui va signer le décret pour modifier les prix du transport. Ce n’est pas à lui (le DG de 3D) de déterminer le prix du transport dans le cadre de son entreprise». Mieux, les prix du transport devraient même baisser aujourd’hui parce que les prix du carburant et du gasoil ont baissé depuis longtemps. En effet, les cours des deux barils de référence, le Brent à Londres et le Wti à New York, ont connu une baisse continue jusqu’à atteindre le seuil symbolique des 60 dollars US. Le pétrole n’avait plus navigué à ces niveaux depuis 2009. En 2014, la chute des prix du pétrole a été vertigineuse et surtout rapide: depuis mi-juin, elle atteint presque 50%. Son plus bas niveau depuis sept mois, selon l’indice PMI de la banque HSBC. L’Etat du Sénégal ne s’est décidé à répercuter à la pompe cette baisse que le samedi 20 décembre 2014 à 18 heures.

Monsieur le Directeur Général,

Vous ne pouvez pas vous cacher derrière votre petit doigt et la fameuse compensation financière à recouvrer auprès de l’Etat, pour justifier une quelconque augmentation des tarifs aux fins d’avoir des sources de trésorerie. Tous les arguments que vous avez essayé de mettre sur la table pour justifier l’injustifiable sont trop tirés par les cheveux pour convaincre les Sénégalais.

Dans cette affaire de racket des usagers de Dakar Dem Dikk, vous avez essayé, tant bien que mal, de mouiller le ministère de l’économie et des finances et de tirer la couverture vers vous, mais personne n’est dupe. Cette lâcheté qui consiste à toujours jeter la responsabilité sur les autres ne prend plus.

Non content d’avoir fait un étalage d’un amateurisme sans autre pareil dans ce qui, d’après les techniciens du ministère de l’économie et des finances, n’est rien d’autre qu’« une compensation tarifaire qui couvre une période qui va de 2006 à nos jours », vous vous obstinez à vouloir légitimer et imposer aux Sénégalais votre mesure d’augmentation des prix de transport de Dakar Dem Dikk, quitte à fabriquer de toutes pièces des résultats d’un prétendu sondage que votre société aurait commandité et qui montrerait que les usagers seraient favorables à une hausse des prix des tickets du bus. Ah bon ? Des Sénégalais asphyxiés et cherchant le diable pour lui tirer la queue, mais qui donnent leur onction à une augmentation de leurs dépenses. Vraiment débile. La stupidité le dispute à l’idiotie. C’est connu, quand on est à court d’idées, on verse dans la démence.

Monsieur le Directeur Général,

C’est justement dans ces moments durs où les affaires placées entre les mains d’un dirigeant ne tournent pas rond, que ce dernier doit faire preuve de lucidité, de sérénité et de clairvoyance. Des qualités qui vous font manifestement défaut. Nommé « pour moderniser Dakar Dem Dikk », vous avez, au lendemain de votre nomination, tout fait pour critiquer la gestion de vos prédécesseurs, à travers des railleries aussi méchantes que bêtes, en prêtant aux Sénégalais des propos comme « Dakar day dem te du dikk » ou « Dakar demul dikkul », alors que c’est vous-même et vous seul l’auteur de telles acrimonies. C’est lâche ! C’était lors d’une interview que vous aviez accordée au journaliste Seydina Seck sur Xalima.com. La vidéo est encore disponible sur le Web.

Monsieur le Directeur Général,

Vous avez aussi eu à vous mettre sous les feux de l’actualité en décidant, seul, de repeindre une bonne partie du parc des bus de Dakar Dem Dikk, aux couleurs marron-beige de l’Apr. On ne va pas revenir sur la bêtise qui a présidé cette décision non seulement anti-républicaine car tendant à associer le patrimoine et le bien publics aux attributs d’un parti politique, fût-il le parti au pouvoir. Je passe sous silence le danger que vous faites courir aux autobus et à leurs occupants, exposés qu’ils sont, à la furie des populations, à la moindre manifestation publique qui pourrait dégénérer et aboutir au caillassage de tout ce qui rappelle le parti-Etat ou symbolise le régime en place. Seulement, il faut avoir de la jugeote pour comprendre tout cela au quart de tour. Mais, c’est peut-être trop vous demander, d’attendre que vous vous éleviez à ce niveau de jugement. Là-dessus, vos arguties consistant à dire que vous avez fait des choix de couleurs en phase avec les temps modernes, ou que les couleurs marron et beige sont « moins salissantes », nous font pouffer de rire.

Décidément, le ridicule ne tue pas. Il s’y ajoute que l’évocation du choix d’autres couleurs pour les « bus urbains », les « bus de l’Université », les « bus inter-urbains » ou les « bus Aidb », ne suffit pas à emporter notre adhésion à vos lubies d’arriviste qui se croit sorti de la cuisse de Jupiter et dont l’arrogance des propos n’a d’égale que la désinvolture avec laquelle il pense régler ses contradictions avec le syndicat des travailleurs de Dakar Dem Dikk.

Monsieur le Directeur Général,

Nous sommes attristés de constater qu’à chacune de vos sorties médiatiques, les unes plus malheureuses que les autres, vous troquez rapidement votre manteau de Directeur Général de la société Dakar Dem Dikk contre celui de politicien, responsable à l’Apr. En effet, que viennent faire les allusions méchantes faites au « leader du Mouvement SELLAL [Me Mame Adam Guèye] qui n’a pu obtenir que 0,07% à l’élection présidentielle de 2007 » dans une interview sur les problèmes de la société Dakar Dem Dikk ? Le fait que le Mouvement « Avenir Sénégal bi ñu bëgg » ait donné son opinion sur la politique du Président Macky Sall ne doit pas valoir à ses animateurs d’être accusés de tous les péchés d’Israël par les hussards de l’Apr, intolérants et allergiques à la critique.

Sur un autre terrain, a priori apolitique – l’Université – à l’occasion d’une rencontre à l’UCAD  organisée par les étudiants ressortissants de Podor dont vous étiez le distingué invité, le Directeur de Dakar Dem Dikk que vous êtes,  et vos ouailles, avez été rappelés à l’ordre par les étudiants qui vous ont clairement interpellés en ces termes : « Nous ne sommes pas venus ici pour parler politique ».

Monsieur le Directeur Général,

A trop vouloir taper dans l’œil du président de la République, en montrant votre tronche à tort et à travers, à vous mêler de tout et de rien, vous en êtes arrivés à être trop envahissant et à outrepasser vos prérogatives. C’est ainsi qu’après l’incendie d’un bus de Dakar Dem Dikk devant l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, tout le monde vous a vu usurper les fonctions et marcher sur les plates-bandes du procureur de la République, en foulant du pied le principe de la présomption d’innocence,  pour le juriste que vous êtes,  en prenant sur vous la responsabilité d’imputer les faits à un groupe d’étudiants et d’informer la presse, et par ricochet, l’opinion publique, en annonçant que « l’un des auteurs de l’incendie a été identifié et que son nom et son numéro de téléphone ainsi que l’immatriculation du véhicule qui a permis le transport du carburant qui a servi à incendier le bus sont entre les  mains des policiers chargés de l’enquête ».

Euphorique, vous avez même, dans vos embardées, menacé d’embarquer dans vos bus des malabars, avec des montagnes de muscles, pour dissuader ou faire passer un mauvais quart d’heure tout téméraire tenté de s’en prendre au matériel roulant de Dakar Dem Dikk. Une chose est sûre : si vous canalisiez toute l’énergie que vous jetez dans le décor, en la redirigeant vers les actions de redressement de Dakar Dem Dikk, les signaux de cette société ne seraient pas aujourd’hui aussi au rouge, et son avenir serait moins sombre. Mais, vous vous dispersez dans des actions de politique politicienne et dans les querelles de borne fontaine comme lorsque, récemment, vous avez eu toutes les peines du monde à vous innocenter après les accusations portées contre vous, d’avoir utilisé les bus de Dakar Dem Dikk pour convoyer des délégations devant aller au stade pour suivre le tournoi de lutte avec, au programme, un combat d’espoirs doté du « Drapeau Me Moussa Diop », avec comme affiche le choc Balla Diouf V Konia. Vos gesticulations, dénégations, rebuffades et contorsions pour vous disculper, n’y ont rien fait : personne ne vous a cru.

Monsieur le Directeur Général,

Par les temps qui courent, le régime de la deuxième alternance dont vous êtes l’un des plus fervents avocats, au propre comme au figuré, bat de l’aile, et traverse une très mauvaise passe. Le président de la République fait l’apologie de la transhumance politique et est en passe de faire du « wax waxeet » relativement à son engagement de réduire son mandat de 7 à 5 ans. Le premier ministre fait montre de trop de légèreté en parlant publiquement, sur la base d’allégations non vérifiées, ni recoupées, de terrains achetés à la Cité Tobago à 2 millions de francs CFA. Le ministre des affaires étrangères appelle au téléphone la présidente de l’Ofnac pour la menacer de ses foudres. La ministre déléguée chargée de la restructuration et de la requalification des banlieues et le député-2ème questeur de l’Assemblée nationale se crêpent les chignons en public en s’abreuvant mutuellement d’injures, puis jouent les prolongations au palais présidentiel, sous l’arbitrage du chef de l’Etat. Le dernier rapport de l’IGE épingle les grosses pontes de l’Etat. Puis rien. Le ministre de la microfinance outrage et abreuve d’injures les magistrats de la Cour des Comptes. En toute impunité. Le scandale de la confection frauduleuse de cartes nationales d’identité dans des permanences de l’Apr, constaté et confirmé par la Commission électorale nationale autonome (CENA), éclabousse le ministre de l’intérieur-responsable politique du parti au pouvoir récusé par l’opposition. Le conseiller en communication du chef de l’Etat est pris en flagrant délit de consommation de chanvre indien. Le consul du Sénégal à Marseille est alpagué pour attentat à la pudeur, etc. C’est le culte des contre-valeurs. On est très loin de la gestion sobre et vertueuse clamée urbi et orbi. Si l’on y ajoute l’incurie de dirigeants de sociétés nationales, c’est très mal engagé pour un pays qui veut se mettre sur les rampes de l’émergence. Mais, la faute revient au président Macky Sall pour avoir choisi n’importe quel mariole pour le nommer à un poste de responsabilité sans le faire passer sous les fourches caudines de l’enquête de moralité ou le soumettre aux tests de compétence. Résultat des courses, on retrouve des Abdou Karim Sall à la tête de l’ARTP, des Cheikh Oumar Anne au COUD ou des Moussa Diop à Dakar Dem Dikk. Des directeurs généraux qui font des vagues pour exister.

Monsieur le Directeur Général,

Pour l’ensemble de votre œuvre, à juste une année après que vous avez été bombardé Directeur général de Dakar Dem Dikk, le président du Mouvement Alternative générationnelle Jotna – l’autre casquette que vous avez – mérite amplement d’être alterné à la tête de la société 3D. Ce sera alors une mission de salubrité publique. Terminus.

Respectueusement.

Pape SAMB

papeaasamb@gmail.com

Comments are closed.

Les Plus Populaire
Title
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15