Accueil / POLITIQUE / Leur mandat arrivant à expiration : Les élus locaux demandent sa prorogation

Leur mandat arrivant à expiration : Les élus locaux demandent sa prorogation

Les élus locaux exigent un véritable statut et des moyens additionnels. Ils ont sollicité plus de diligence de la part des autorités dans l’exécution du Budget consolidé d’investissement (Bci). A cela s’ajoute la révision impérieuse du code des collectivités locales. Aussi, prônent-ils la prorogation de leurs mandats qui expirent dans dix jours.

Source : Walfadjri

Malgré les avancées significatives enregistrées dans sa politique de décentralisation et de gouvernance locale, le Sénégal gagnerait à renforcer ses acquis et à ouvrir de belles perspectives dans ce domaine. Des acquis qui ont valu une certaine crédibilité à l’Union des associations des élus locaux (Uael). Crédibilité sanctionnée par son implication dans la formulation des politiques nationales tels que le Document de stratégie de réduction de la pauvreté (Dsrp), le Programme national de développement local (Pndl ou encore le Programme de renforcement et d’équipement des collectivités locales (Precol). C’est ce à quoi doit s’atteler Alé Lô, porté à la tête de l’Union des élus locaux du Sénégal en remplacement d’Ousmane Masseck Ndiaye, à l’issue de leur troisième Assemblée générale tenue lundi dernier à Dakar.

Pour le nouveau président de l’Uael, la disponibilté et la compétence que les populations exigent d’eux impliquent un véritable statut de l’élu local et des moyens additionnels. Dans ce sens, il a sollicité plus de diligence de la part des autorités dans l’exécution du Budget consolidé d’investissement (Bci). A cela s’ajoute la révision impérieuse du Code des collectivités locales. Et Alé Lô d’ajouter qu’entre autres préalables à remplir pour les collectivités locales, véritable porte d’entrée du développement local, figure en bonne place le besoin de renforcement de leurs ressources humaines, matérielles et financières pour mener à bien leur mission dans cette nouvelle vision.

L’ambassadeur du Canada au Sénégal, Mme Louise Marchand, a axé son intervention sur la nécessité d’améliorer la gouvernance interne des associations de collectivités locales afin de favoriser une plus grande appropriation de leurs actions et décisions par leurs membres.A ses yeux, le mémorandum demeure d’une grande actualité et constitue un instrument exhaustif et pertinent de dialogue politique. Il doit faire ainsi l’objet d’une appropriation permanente par tous les élus locaux ainsi que d’un suivi effectif pour s’assurer que les plaidoyers qui s’y sont développés, débouchent sur des actions et des mesures concrètes.

Dans la perspective de consolidation des démarches de l’Uael, avoue Mme Louise Marchand, il s’avère à présent nécessaire de mettre en œuvre les recommandations de l’audit organisationnel réalisé il y a deux ans maintenant, car jugées pertinentes, et de veiller au respect des cotisations des associations membres. Tout comme il devient indispensable de voir l’Uael améliorer sa visibilité à travers une communication plus ambitieuse de ses actions et pratiques. A cette occasion, elle a invité les pouvoirs publics à relancer les tables sectorielles pour avoir un suivi des plaidoyers et un dialogue plus soutenu entres tous les acteurs. La reprise des concertations périodiques sous le leadership du gouvernement avec les partenaires au développment sur la décentralisation demeure plus que jamais une priorité.

…et prône la prorogation des mandats des élus locaux

Leurs mandats arrivant à expiration le 12 mai prochain, les élus locaux ont exprimé leur souhait de les voir prorogés. Surtout que le gouvernement du Sénégal, par le biais du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, a déjà annoncé que, matériellement, il est impossible d’organiser les législatives le 3 juin et les élections locales cinq mois après, c’est-à-dire dans le courant du mois de novembre prochain.

Interpellé sur un éventuel recours aux délégations spéciales, ce qui ne serait pas une première au Sénégal, pour suppléer les élus locaux, Alé Lô a répondu péremptoire : ‘Notre position est d’aller vers une prorogation. C’est ce que nous proposons’. De son avis, la prorogation semble être l’option la plus plausible même si celle de la délégation spéciale n’est pas à écarter. A ce niveau, il convient de rappeler que quelques mois seulement après la survenue de l’alternance, le député libéral Moussa Sy avait introduit, au niveau de l’Assemblée nationale, un amendement pour mettre fin aux mandats des élus locaux.


À voir aussi

Crise chez les Jalarbistes- La Ld accuse Mendoza et Cie d’usurpation de sigle et de symboles

Le camp de Nicolas Ndiaye met en garde les frondeurs de la Ld Debout contre …

George Weah finalement attendu à Dakar demain jeudi

Le Président de la République du Liberia, George Weah, sera finalement à Dakar ce jeudi …