23 septembre, 2014
Accueil » SOCIETE » LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DES TROIS DEPUTES LIBERAUX Omar Sarr, Abdoulaye Baldé et Ousmane Ngom offerts, mains liées, au procureur
LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DES TROIS DEPUTES LIBERAUX Omar Sarr, Abdoulaye Baldé et Ousmane Ngom offerts, mains liées, au procureur

LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DES TROIS DEPUTES LIBERAUX Omar Sarr, Abdoulaye Baldé et Ousmane Ngom offerts, mains liées, au procureur

L’assemblée nationale a, hier, voté l’adoption de la levée de l’immunité parlementaire des anciens ministres Omar Sarr, Abdoulaye Baldé et Ousmane Ngom. 113 voix ont votés pour, alors que le Président du Groupe des libéraux et démocrates Modou Diagne Fada annonçait que leurs avocats seront saisis, pour faire annuler la procédure.
Les députés accusés de «présumé enrichissement illicite» ont vu, hier, leur immunité parlementaire être levée, après le vote de l’assemblée nationale. Il s’agit d’Omar Sarr, Abdoulaye Baldé et Ousmane Ngom, trois anciens ministres qui ont préféré s’absenter à l’ouverture de cette séance. A l’issue du vote, le ministre de la justice Aminata Touré a déclaré que cela restait dans le souci de laisser la vérité se manifester et qu’en matière de biens mal acquis, le gouvernement s’était engagé, dès le début, à faire la lumière sur cela et que c’était le processus qui continuait, dans le respect des normes. Mieux, elle fait part de la poursuite des enquêtes, dans le respect des droits de la défense.

Du côté des libéraux, Modou Diagne Fada, Président de leur groupe parlementaire, a informé qu’il allait saisir leurs conseils et avocats, «pour leur demander de regarder ces différentes violations du règlement intérieur de l’assemblée nationale, mais aussi, cette violation flagrante de l’article 101 de la constitution». Définissant sont groupe comme une opposition sans complaisance mais responsable, il précisera que devant la forfaiture, les juridictions compétentes vont relever le défi, en disant le droit, pour annuler toute la procédure qui a conduit à l’installation de la commission ad hoc et par conséquent, à la levée de l’immunité parlementaire de ses collègues.

Mamadou DIOUF

REWMI QUOTIDIEN