POLITIQUE

LIBERATION DE KARIM COMME CONDITION AU DIALOGUE POLITIQUE «Il ne faut pas mélanger les poules et les chèvres », selon Boubacar Siguiné Sy conseiller du président

  • Date: 9 mai 2016

Le Conseiller du Président de la République Boubacar Siguiné Sy a tenu à répondre à ceux qui conditionnent la libération de Karim Wade comme un début de solution des retrouvailles libérales. Ce proche du président Macky Sall marque son désaccord en invoquant la séparation des pouvoirs.

Depuis que le président de la république Macky Sall a lancé son appel au dialogue avec l’opposition, nombreux sont ceux qui posent des exigencespour les retrouvailleslibérales. D’autres sont allées jusqu’à demander la libération de Karim Wade comme condition. Pour ce Conseiller du Président de la République Boubacar Siguiné Sy, «il ne faut pas mélanger les poules et les chèvres ». «  Le Sénégal est un pays démocratique où il y a la séparation des pouvoirs. Et le président de la république est très respectueux des Institutions du pays. L’emprisonnement de Karim Wade relève du pouvoir judiciaire, lequel a déjà rendu un verdict. Par conséquent nous devons tous respecter cette décision y compris le chef de l’Etat », a-t-il martelé. Avant de renchérir : «Je sais qu’il (Macky Sall) est très attaché à la séparation des pouvoir et il n’a jamais eu à interférer dans le fonctionnement de la justice, et c’est n’est pas aujourd’hui qu’il le fera. »Pour lui, d’autres plus téméraires vont jusqu’à assimiler l’appel au dialogue comme un manque de notoriété du président de la république ou encore un piège visant à isoler un adversaire politique.« C’est qui est totalement faux. » A en croire Boubacar Siguiné Sy, cet appel   n’est pas nouveau, parce que le Chef de l’Etat est et reste est un homme de dialogue, d’unité et de consensus. « Je rappelle qu’il a été élu en 2012 par 65% des Sénégalais et il a été plébiscité lors du referendum dernier où le Oui l’a remporté près de 63%.»« Donc on a une certaine constance par rapport à la gouvernance du Chef de l’Etat.» Toutefois, le conseiller du président de la république a invité à toutes les forces patriotiques, politiques et citoyennes du pays pour répondre favorablement à l’appel du Chef de l’Etat pour la réunification de la famille libérale, qui selon lui, « est une et indivisible. »
Sur la question de l’Education, le conseiller spécial du président de la république invite les enseignants au dialogue pour sauver l’année. « Quand le président Macky Sall était premier ministre du Sénégal, il a été un des acteurs à travailler activement pour que la grève de l’enseignement moyen prenne fin. En 2011, lorsqu’il était dans l’opposition, il avait lancé un appel pour que la grève de 2011 prenne fin. Et quand il est arrivé au pouvoir, le président a initié des rencontres consensuelles pour que tout le monde se retrouve autour d’une table pour sauver le système éducatif. Cette crise ne fait pas avancer le pays. C’est pour cela le chef de l’Etat avait convoqué les assises de l’éducation pour diagnostiquer les maux. Et il a mis beaucoup de moyens dans ce secteur(…) Les populations attendent que les enseignants fassent des pas vers le gouvernement parce que, il a fait au-delà de ses limites pour satisfaire les plateformes qui ont été déposées depuis une dizaine d’années » a-t-il révélé.

Ibrahima Khalil DIEME

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15