ACTUALITE

LIBERATION DE KARIM WADE Les magistrats en phase avec Macky

  • Date: 8 juin 2016

L’Union des magistrats du Sénégal reconnaît au président Macky Sall, son droit de grâce pour libérer Karim Wade
L’Union des magistrats du Sénégal ne voit pas d’inconvénient à ce que le président de la République use de ses prérogatives pour libérer Karim Wade, et pour cause. Si l’on se fie aux propos du président de l’UMS, cette affaire ne relève plus du domaine de la justice mais plutôt de celui de l’exécutif, d’autant que le dossier a déjà été jugé. “La constitution prévoit que la grâce est une prérogative exclusive du président de la République. Il peut en user comme il veut. Cette affaire ne concerne plus la justice à y voir de près. Parce que la justice avait déjà fait son travail. Et nous respectons la séparation des pouvoirs”, a-t-il laissé entendre Maguette Diop. De son avis, c’est une décision qui a été prise et qui relève de l’autorité de la chose jugée. Par conséquent, dit-il, l’affaire Karim Wade est derrière la justice. Pour ceux qui disent qu’il y a une ingérence de l’Exécutif dans les affaires de la justice, M Diop nie en bloc. « Il n’y a pas d’ingérence dans la justice. D’ailleurs nous n’acceptons aucune immixtion dans la justice. De la même manière, nous nous refusons de nous ingérer dans un domaine qui n’est pas le nôtre», recadre-t-il. Non sans préciser qu’il n’y a aucune entrave à la justice. « C’est  des domaines qui sont spécialement réservés», ressasse-t-il. A signaler que le président Macky Sall, avait annoncé jeudi dernier dans une interview accordée à Rfi  que Wade fils pourrait être élargi de prison d’ici la fin de l’année.  Pour rappel, Karim Wade est condamné depuis 23 mars 2015 par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) à six ans de prison ferme avec plus de 137 milliards de f CFA d’amende.

La Cojer contre une grâce ou une amnistie

Les jeunesses républicaines de Rufisque, dans un communiqué parvenu à notre rédaction s’opposent à une quelconque grâce ou amnistie pour Karim Wade et Cie. Même si la Cojer de Rufisque reconnait au président Sall son pouvoir de grâce, elle pense que toute personne condamnée pour détournement de deniers publics ou enrichissement illimite ne doit pour aucune raison que ce soit bénéficier d’une grâce présidentielle encore moins d’une loi d’amnistie. Bien au contraire les délits d’enrichissement illicite et de détournement de deniers publics doivent être érigés en crime pour rendre plus sévères ses sanctions», tranchent Balla Diop et Cie. Ils sont d’avis que Karim et Cie ne méritent pas de liberté provisoire, d’allégement ou de remise de peine, de grâce ou d’amnistie. Par conséquent, la Cojer « demande solennellement au président Macky Sall, malgré sa magnanimité de ne pas rompre ce contrat social qui le lie aux Sénégalais en écartant toute hypothèse de grâce ou d’amnistie pour des condamnés pour enrichissement illicite et détournement de derniers publics. » Sinon avise-t-elle, la Crei perdrait son rôle de dissuasif et n’aurait plus de raison d’être. Aussi la Cojer de Rufisque exhorte-t-il le chef de l’Etat à faire un projet de loi pour que les infractions d’enrichissement illicite et de détournement de deniers publics passent du caractère de délit à celui de crime. « Parce qu’en réalité c’est de la criminalité financière », soutient Balla Diop. Toujours est-il que selon les jeunes apéristes, «quand une personne détourne des milliards ou s’enrichie à coup de milliards sur le dos du contribuable, elle est entrain indirectement de tuer des vies, si l’on sait qu’au Sénégal des femmes meurent en bravant des kilomètres pour aller accoucher dans un poste, centre de santé ou hôpital, des accidentés meurent du fait de routes vétustes et impraticables alors que ces milliards auraient pu servir à sauver ces femmes enceintes ou éviter ces accidents macabres pour ne citer que ces exemples. Ces milliards auraient pu également servir à résorber les abris provisoires, régler les problèmes des enseignants, du secteur de la santé etc ». Pour eux, «c’est plus qu’anormal dans un pays de 14 millions d’habitants, avec un budget de 3022 milliards, qu’une trentaine de personnes accapare illégalement des centaines de milliards au détriment des autres»

Khady Thiam Coly

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15