images

LIBÉRATION PROBABLE DE KARIM WADE L’UNIS appelle à la mobilisation politique

Opposé à l’élargissement de prison de Karim Wade, l’Union nationale des indépendants du Sénégal a promis, hier, au cours d’une conférence de presse, qu’elle mobiliserait et le peuple et les partis politiques pour s’opposer à la libération de Wade-fils.
Pas question de laisser le président Macky Sall « libérer» Karim Wade. En tout cas, l’Union nationale des indépendants du Sénégal (Unis) exclut toute hypothèse d’une éventuelle libération de Wade-fils. Amadou Guèye, Coordonnateur de l’UNIS, estime en fait que le fils de l’ancien chef de l’État, Me Wade, condamné à 6 ans de prison ferme, doit purger sa peine comme tout citoyen, car n’ayant jamais reconnu sa faute. « ll faut être vraiment incohérent comme autorité pour envisager sa libération. Le Président est certes libre de persister dans son jeu politique qui est loin d’être brillant. Mais qu’il sache que s’il libère Karim Wade, le PDS et Karim Wade seront victorieux de leur combat contre lui. Ce sera la preuve que ses engagements ne sont que poudre au vent et la thèse sera établie dans l’opinion sur sa faiblesse à gouverner, perception qui lui vaudra le manque de respect de tous les Sénégalais et sa défaite prochaine. Dans cette affaire, il joue contre les intérêts de la République et contre ses propres intérêts. Perdu dans ses calculs, il n’a plus sa lucidité et sa faculté de juger », s’esclaffe-t-il de nervosité.
Même s’il reconnait au Président Sall le droit de gracier que lui confère la Constitution, il n’en demeure pas moins que, selon le leader d’UNIS, Macky Sall ne doit pas « persister  dans son jeu politique ». Car, pour lui, libérer Karim Wade, c’est « valider un acte de brouillage des repères fondamentaux de notre société qui contribuera à la dégradation de la perception de la République, du système de justice et de la politique par les citoyens ». Et jouant à se faire peur, il menacera le locataire du palais en ces termes : « S’il persiste dans la libération de Karim Wade, cette ligne de démarcation morale deviendra une ligne de mobilisation politique ». Avant de renchérir : « Nous ne devons pas laisser le Président Macky Sall organiser sous nos yeux la destruction des principes fondamentaux de respect de la justice et d’égalité entre les citoyens », prévient-il. Ce n’est pas tout. Le  Coordonnateur de l’UNIS pense que la libération de Karim Wade sera synonyme de victoire du Parti démocratique sénégalais (Pds) contre l’État. « Ce sera la preuve que ses (Macky Sall) engagements ne sont que de la poudre aux yeux », peste-t-il. En termes plus clairs, précise-t-il, le chef de l’État « joue contre les intérêts de la République et contre ses intérêts ».
Précisant, au passage, n’être pas dans une posture d’opposant par rapport à qui que ce soit, Amadou Guèye estime que la réponse au dialogue national n’est pas la libération, mais plutôt la poursuite de la traque des biens mal acquis. « Le vrai débat posé est de savoir qui bloque la poursuite de la traque contre l’enrichissement illicite ? », s’interroge-t-il. Et d’ajouter cette couche : « Si c’est le Président Sall, alors c’est lui le problème ; si le Président pense que le procès de Karim était injuste ou qu’il a décidé d’abandonner parce qu’incapable de poursuivre les autres, il doit avoir le courage de le dire et non se cacher derrière ses prérogatives constitutionnelles »,  tranche net l’initiateur de Terminus 2012, lancé à l’époque contre un troisième mandat de Abdoulaye Wade.  À son avis, Macky, en libérant Karim Wade pour de simples calculs politiques, crée un précédent grave qui installera une brèche entre deux catégories de citoyens : fils de citoyens ordinaires et fils d’intouchables.

Mouhamadou BA

Voir aussi

telechargement-2

GUERRE FRATRICIDE ENTRE APERISTES- La COJER de Tamba joue les bons offices et interpelle Macky

La guerre des mots que se livrent les jeunes du parti présidentiel, est loin de …