SOCIETE

LIBÉRÉS PAR LES GARDES-CÔTES MAURITANIENS APRÈS PLUSIEURS JOURS DE DÉTENTION 43 pêcheurs de Guet-Ndar réclament la restitution de leur matériel

  • Date: 10 mars 2016

 Libres, après plusieurs jours de détention, suite à l’arraisonnement de leurs pirogues, 43 pêcheurs du quartier de Guet-Ndar réclament la restitution de leur matériel de pêche encore entre les mains des autorités mauritaniennes. Pour obtenir gain de cause, ils invitent les autorités sénégalaises à s’impliquer davantage dans ce conflit.

Ces 43 pêcheurs avaient été arrêtés, il y a un peu plus d’une semaine par les gardes-côtes mauritaniens qui les avaient surpris en flagrant délit de pêche illégale dans les eaux mauritaniennes. Détenus, depuis lors, dans des conditions jugées difficiles par leurs camarades, ils ont été finalement libérés grâce à l’intervention du président Macky Sall qui se serait saisi lui-même du dossier. Libres, depuis mardi soir, ils ont rejoint leurs familles respectives mais sans leur matériel de pêche estimé à plusieurs dizaines de millions.

Face à la presse, ces pêcheurs ont remercié le chef de l’État pour son intervention et la diligence avec laquelle cette affaire a été réglée. Toutefois, leur porte-parole, Cheikh Samba Sène dit Serigne Sène qui a magnifié le geste du chef de l’État a invité ce dernier à s’impliquer également pour que le matériel de ces pêcheurs confisqué par les autorités mauritaniennes composé de pirogues, moteurs filets et autres outils de travail leur soient restitués.

Cependant, Cheikh Samba Sène invite ses compatriotes à respecter les lois et règlements en vigueur en Mauritanie en s’abstenant de pêcher dans les eaux de ce pays sans autorisation. Il leur a demandé de prendre leur mal en patience en attendant que les autorités sénégalaises finalisent avec la partie mauritanienne pour l’obtention de nouvelles licences. À souligner que la question des licences est un problème récurrent source de conflits entre gardes- côtes mauritaniens et pêcheurs Guet-Ndariens qui, à cause de la non-disponibilité des licences en permanence ou tout simplement de leur refus de s’en procurer pour ensuite pêcher illégalement dans les eaux mauritaniennes, provoquent des arrestations qui, parfois, dégénèrent obligeant même les gardes-côtes mauritaniens à faire usage de leurs armes à feu pour les dissuader.

Mame Dièye (Correspondant à Saint-Louis)

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15