Saif Al-Islam Kadhafi, à Moscou, en juin 2010. Reuters

Libye: un des fils de Kadhafi, Saïf al-Islam, condamné à mort

En Libye, quatre ans après la chute de Mouammar Kadhafi et de son régime, l’un de ses fils était jugé pour la répression sanglante des manifestations. Saïf al-Islam Kadhafi, considéré comme l’héritier politique du «Guide de la révolution», a été condamné par contumace à la peine capitale.

La condamnation a été prononcée par un tribunal de Tripoli sous l’autorité du gouvernement non reconnu par la communauté internationale car installé au pouvoir par la coalition de milices Fajr Libya en août dernier. Saïf al-Islam, fils du Guide déchu, n’a jamais assisté à son procès mis a part une retransmission vidéo et il a été condamné à la peine capitale en son absence.

Saïf al-Islam, c’est vraiment l’ex-dauphin présomptif du colonel Kadhafi. Il est détenu depuis son arrestation en 2011 dans une ville ennemie de Tripoli, celle de Zintan. Or Zintan a toujours refusé de le livrer à une autre juridiction. La CPI l’avait pourtant demandé, mais ses représentants ont été kidnappés à Zintan en 2012 et accusés d’espionnage.

D’autres proches du Guide condamnés

En revanche, dans leur combinaison bleue de détenus, les autres figures de l’ancien régime condamnées à mort ce matin étaient bien présentes dans le box à Tripoli. D’abord, Baghdadi Mahmoudi, le dernier Premier ministre de Kadhafi que la Tunisie avait livré en 2012 contre rétribution financière, mais aussi le très redouté Abdallah Senoussi, proche d’entre les proches du colonel Kadhafi, ancien chef de ses services de renseignements, livré à la Libye en 2012 par la Mauritanie où il s’était réfugié après la chute du régime.

Avec six autres caciques moins connus, ce sont donc neuf condamnations à morts par balle qui ont été prononcées ce matin pour leur rôle dans la répression en 2011 pendant la révolution.

Rfi

Voir aussi

YAHYA JAMMEH EST ARRIVÉ EN GUINÉE EQUATORIALE

L’ancien président gambien Yahya Jammeh qui a quitté son pays ce samedi à 21h 20 …