Accueil / ACTUALITES / LICENCIEMENT «ABUSIF» DU MEDECIN-CHEF DU CENTRE DE SANTE DE GRAND-DAKAR : Les Toubibs en ordre de bataille

LICENCIEMENT «ABUSIF» DU MEDECIN-CHEF DU CENTRE DE SANTE DE GRAND-DAKAR : Les Toubibs en ordre de bataille

Le syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) exige le rétablissement, dans les plus brefs délais, de leur confrère licencié «abusivement» par le maire de Grand-Dakar, Jean Baptiste Diouf. A défaut, Mbaye Paye et Cie menacent de paralyser tous les établissements de santé par des journées mortes et des débrayages.

Le Sames, avec le soutien d’autres syndicats de la santé, se solidarise d’un de ses membres limogé de son poste de médecin-chef du district de Grand-Dakar. En conférence de presse hier, le Collectif des médecins des centres de santé du département de Dakar a dénié au maire Jean Baptiste Diouf le droit de licencier un médecin, de surcroit un fonctionnaire de l’administration. «Comment un maire de commune peut-il licencier un médecin, sous prétexte qu’il a refusé de congédier deux agents de santé communautaire, qui relèvent de l’autorité du comité de santé ?», s’interroge le président du Collectif Mbaye Paye. Et M. Paye d’enfoncer le clou : «le maire a commencé d’abord par exiger du médecin-chef limogé le chéquier du comité de santé détenu par le responsable de la formation sanitaire.» Déterminés à aller jusqu’au bout de leur lutte, les médecins des centres de santé du département de Dakar ont promis d’apporter une riposte appropriée aux «agissements révoltants» du maire de Grand-Dakar vis-à-vis des agents du centre de santé de la commune. Même si le Collectif privilégie la médiation, il n’en demeure pas moins que le système de santé sera complètement paralysé, avec une grève totale, si leur collègue n’est pas rétabli dans ses droits. En effet, selon Mbaye Paye, l’acte du maire de Grand-Dakar découle de son incompréhension manifeste des textes de l’Acte III qui régissent le fonctionnement des comités de santé. A cet effet, précise-t-il, le transfert de la compétence santé aux collectivités locales ne peut, en aucune manière, vouloir dire que les maires de commune, même au cas où ils seraient des professionnels de la santé, sont chargés de la gestion quotidienne des structures de santé.

L’Acte III, à l’origine du mal

En réalité, tous les maux dont souffre le personnel médical dans les centres de santé, domaine de compétence des collectivités locales, proviennent de l’Acte III de la décentralisation. Pour preuve, a noté M. Paye, les nouveaux textes de l’Acte III ont occulté le district sanitaire, alors même que celui-ci est considéré comme l’unité de base de la planification et de l’allocation des ressources du ministère de la santé. Pis, dit-il, la Direction de l’action sanitaire et des services aux personnes (Dass) qui était le premier employer de la ville de Dakar et des agents de santé municipaux a été supprimée, avec l’avènement de l’Acte III. Le redéploiement du personnel de la ville de Dakar vers les communes de plein exercice qui est en fait une substitution d’employeur, ne garantit plus aux travailleurs les mêmes droits et mêmes avantages déjà acquis au service de leur premier employeur (Dass). Autant dire que les travailleurs municipaux ont été livrés, pieds et poings liés, à des nouvelles collectivités, au niveau desquelles, la gouvernance est à parfaire. «Par conséquent, ce licenciement de notre collègue médecin, soutient Paye, vient s’ajouter aux autres dysfonctionnements qui caractérisent la mise en œuvre de l’Acte III de la décentralisation. Des dysfonctionnements caractérisés par le retard des salaires des agents municipaux, le non versement des indemnités de congé, de départ à la retraite, primes et heures supplémentaires, l’absence totale de couverture maladie par le biais des imputations budgétaires et les allocations familiales, le refus ou l’incapacité de payer les factures des dépenses courantes. Ce n’est pas tout. D’ici peu, les communes seront en cessation de paiement. C’est pourquoi, le Collectif exhorte les autorités à mettre en place un système de décentralisation qui vise la modernisation de la gestion publique territoriale, avec une réforme des finances locales.

Nous avons tenté de joindre le maire Jean Baptiste Diouf pour recueillir sa version des faits, mais il s’est excusé de ne pouvoir nous parler, prétextant que la batterie de son téléphone portable est en train de se vider.

Mouhamadou BA

À voir aussi

Prisons sénégalaises : c’est le bagne !

REWMI.COM- Aveu du Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Ismaila Madior Fall. Nos …

Distinctions : Krépin Diatta meilleur jeune et meilleur passeur en Norvège

La presse Norvégienne a décerné le prix du meilleur jeune footballeur de la saison 2016-2017 …