21 décembre, 2014
Accueil » SOCIETE » Licenciés de la Dpv : 300 agents demandent leur réintégration
Licenciés de la Dpv : 300 agents demandent leur réintégration

Licenciés de la Dpv : 300 agents demandent leur réintégration

Les 300 agents licenciés de la direction de la protection des végétaux ont fait part, hier, de leur courroux, lors d’un point de presse. Ils demandent aux autorités gouvernementales de procéder, le plus rapidement possible, à leur réintégration dans cette structure.
Les syndicalistes de la direction de la protection des végétaux ont rappelé, hier, en conférence de presse que c’est suite à la décision du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural que les contrats avaient été arrêtés. Aussi, demandent-ils aux nouvelles autorités de procéder rapidement à leur réintégration. En ce sens, le responsable des relations professionnelles de l’Unsas, Pape Birame, reproche au gouvernement d’avoir donné l’ordre à Mariétou Diawara, directrice de la structure, de notifier aux 300 agents leur licenciement. A cet égard, poursuit-il, « nous lançons un appel pour que les autorités règlent, dans les plus brefs délais, la situation de la direction de la protection des végétaux ».

D’ailleurs, la directrice de ladite structure, Mariétou Diawara a expliqué que ces 300 agents avaient chacun un contrat à durée déterminée signé en janvier 2011, renouvelé en janvier 2012 et devant arriver à terme le 31 décembre prochain. Les contrats ne pouvant être renouvelés deux fois, les agents ont donc reçu des lettres destinées à le leur rappeler, a-t-elle précisé. Par la suite, elle soulignera que l’avenir de ces évènements ne relève pas de ses prérogatives, les décisions relevant de la compétence de sa tutelle, le ministère de l’agriculture et de l’équipement rural. Pourtant, en marge de la conférence de presse, M. Diallo dira que cette mesure intervient au terme d’un protocole d’accord datant de 2011, ces agents ayant reçu des lettres de licenciement, sous prétexte que le gouvernement n’est pas disposé à reconduire leurs contrats de travail. Toutefois, les agents comptent d’abord épuiser les actions administratives, négocier, avant de penser à une solution plus dynamique.

Cheikh Moussa SARR

(Stagiaire)

REWMI QUOTIDIEN