Accueil / Uncategorized / Ligue des champions : Manchester avec son cœur

Ligue des champions : Manchester avec son cœur

Au terme d’une demi-finale aller de Ligue des champions aussi enlevée que spectaculaire disputée dans une ambiance des grands soirs à Old Trafford, Manchester United a battu le Milan Ac 3-2 grâce à un but décisif dans les arrêts de jeu de Rooney.
Menés d’entrée de jeu suite à un but de Ronaldo, les Italiens avaient spectaculairement renversé la situation avant le repos grâce à un doublé de Kaka. Mais les Red Devils ont du cœur et leur victoire méritée après une seconde mi-temps à sens unique préserve le suspense avant le retour le 2 mai à San Siro.

Il n’y a pas à dire, la Ligue des champions, quand elle arrive dans sa phase finale, réserve toujours des matches de très haute intensité, et dans le genre, ce Manchester United-Milan Ac aura été un modèle. Il y a tout eu dans cette première demi-finale aller : du suspense, des rebondissements incessants, une vraie opposition de styles, des gestes de grande classe tant offensifs que défensifs, le tout orchestré par des footballeurs se muant parfois en artistes, à l’instar des doublettes Ronaldo-Rooney d’un côté, Seedorf-Kaka de l’autre. Et si à l’arrivée, c’est Manchester, pourtant mené 2-1 à la pause, qui l’a emporté, ce n’est que justice, tant cette équipe anglaise a su, fidèle à elle-même, ne jamais renoncer pour emporter la décision dans les arrêts de jeu grâce à celui qui symbolise on ne peut mieux cet état d’esprit, Rooney.

‘En première mi-temps, Milan nous a dominés, mais on n’a pas lâché et avec le cœur, on a gagné, il fallait qu’on gagne ce match, peu importent les deux buts’, se réjouissait à l’issue de ce show l’ancien Monégasque Evra, seul Français sur la pelouse au coup d’envoi (Gourcuff entrera en fin de match).

Effectivement, les Red Devils ont réussi à renverser une situation compromise à la pause, preuve que Milan a décidément du mal à préserver un score contre une équipe anglaise en C1. Les partenaires de Maldini en avaient fait la cruelle expérience il y a deux ans en finale contre Liverpool, ils ont cette fois pâti de changements en seconde période suite aux blessures de Maldini et surtout de Gattuso, qui ont fait dérailler une machine jusqu’ici bien huilée.

C’est pourtant Mu qui attaque le plus fort ce premier acte dans une ambiance surchauffée. Comme face à la Roma lors d’un quart retour qui a mis le feu à Old Trafford (7-1), Manchester United montre qu’il n’est pas un adepte des rounds d’observation et là où Carrick avait mis dix minutes avant de commencer à lézarder la défense romaine, il n’en faut pas plus de cinq à Ronaldo et consorts pour faire craquer celle de Milan. Au départ, une intervention de Scholes au milieu du terrain, le ‘rouquin’ de MU lance aussitôt Rooney qui enchaîne contrôle et demi-volée, contrée au tout dernier moment par Nesta. Sur le corner qui suit, tiré par Giggs, Dida, mal placé, ne peut que freiner la tête de Ronaldo, avant, sous la pression de Heinze, de pousser le ballon d’une maladroite claquette dans son propre but (5e). Régulièrement décrié, le Brésilien, capable de miracles comme de grosses bourdes, donne sur ce coup raison à ses détracteurs.

Toujours est-il que galvanisés par cette précoce ouverture du score, les Mancuniens tentent de pousser leur avantage sous la houlette d’un Ronaldo encore intenable. Dida se rassure sur une tête piquée du Portugais (7e) avant de sortir d’une manchette une reprise de volée écrasée de Carrick (14e).

Fidèle à son style posé, Milan ne panique pas, tentant, notamment par Seedorf, de faire courir le ballon. Et ça marche! Après une tête pas suffisamment appuyée d’Ambrosini, Seedorf reçoit un ballon côté gauche, il répond parfaitement à l’appel dans l’axe de Kaka, le talent du Brésilien fait le reste : accélération qui laisse la défense sur place et frappe croisée du gauche synonyme d’égalisation malgré le retour désespéré de Heinze (22e), du grand art !

Et si dans le domaine, Manchester possède aussi son artiste, Ronaldo qui, d’un missile du gauche, oblige Dida à une intervention délicate (35e), le meneur brésilien est vraiment le grand bonhomme de cette première période, comme le montre son deuxième but d’anthologie : récupérant un dégagement de Dida côté gauche, il réussit un magnifique tour de passe-passe pour laisser sur les fesses Heinze et Evra avant d’ouvrir son pied et de tromper Van der Sar pour la deuxième fois (37e). Mu est sonné, d’autant que Kaka frôle le hat-trick, sa frappe sortante étant poussée en corner par Van der Sar qui regarde dans la foulée avec soulagement la tête de Nesta filer au-dessus (39e).

Revenu de nulle part, Milan attaque le second acte comme le premier, en subissant. Sur le premier corner mancunien, Bonera, tout juste rentré à la place de Maldini, oublie complètement son marquage sur Carrick, mais la reprise au second poteau de l’ancien joueur de Tottenham file échoue à quelques centimètres du poteau droit de Dida (48e). Mais comme avant la pause, les Lombards sortent peu à peu de leur tanière et se régalent des quelques espaces qui s’offrent à eux en contre : en deux minutes, Kaka passe à deux doigts du 3-1, ne cadrant pas sa frappe croisée puis sa reprise de volée sur un service de Seedorf, les deux hommes s’entendant comme larrons en foire.

Mais le Milan a le tort de ne pas enfoncer le clou à ce moment et contre une équipe de Manchester connue pour ne jamais renoncer, ça ne pardonne pas : sur une magnifique combinaison à trois, Scholes, d’une louche, donne à Rooney qui, dans la surface, prend le dessus sur Nesta et trompe Dida, qui ne peut que freiner la course du ballon (59e).

Dès lors, Milan, qui doit se passer des services de son chien de garde Gattuso, sorti sur blessure, subit et il faut un grand Dida pour détourner une puissante frappe de Flecther (64e). Les fautes s’accumulent côté italien, offrant deux coups francs en position idéale à Giigs, mais le premier ne trouve pas le cadre (71e), le second termine dans les gants de Dida (74e). Le Brésilien est encore là pour bloquer une tentative de Fletcher (81e), puis pour accompagner en corner un bon tir de Ronaldo (83e). On croit ce score de 2-2 scellé, lorsque, sur un ultime contre, Ronaldo lance Rooney qui ne se pose pas de question et frappe instantanément, hors de portée de Dida, surpris. Old Trafford explose, les amoureux de beau football aussi, ce score de 3-2 ne fera que donner encore davantage de piment à un match retour qu’on espère aussi palpitant…


À voir aussi

Maguette Diop renvoie Khalifa et Cie en audience spéciale

Depuis son arrestation le 7 mars dernier, Khalifa Sall est apparu en public pour la …

Richard Gere et Alejandra Silva : Déjà deux ans d’amour malgré les 34 ans d’écart !

Voilà déjà deux ans que Richard Gere et Alejandra Silva filent le parfait amour ! …