LINGUERE Les paysans exigent la fixation du prix du kg d’arachide

Les paysans de Linguère exigent que l’Etat fixe le plus tôt possible le prix du kilogramme d’arachide à au moins 300 Fcfa. Ce, pour soutenir les cultivateurs qui pourraient être confrontés à des problèmes de vivres.

 

On ne le dira jamais assez, la récente longue pause pluviométrique  avait installé le désespoir et la déception chez les paysans du département de Linguère, zone par essence agricole. En effet, dans plusieurs localités, la production sera sans doute jugée faible. D’ailleurs, dans bon nombre de villages du Djoloff, la récolte a démarré du côté de certaines variétés, à l’image du mil, du niébé voire de l’arachide. Cette dernière spéculation (arachide), longtemps considérée comme le levier de la survie du paysan, risque de donner des rendements faibles pour cette présente campagne du fait de la fin prématurée de l’hivernage. Fort de tout cela, les paysans de Linguère exigent que l’Etat fixe le plus tôt possible le prix du kilogramme d’arachide qui, selon eux, doit être au moins à 300 Fcfa. Ce, pour soutenir les cultivateurs qui pourraient être confrontés à des problèmes de vivres.

Pour rappel, à la veille de ce présent hivernage, le président du syndicat Japandoo regroupant les paysans, les éleveurs et les pêcheurs, Mor Ndiaye Boustane, avait jugé trop faible le poids des semences allouées au département de Linguère. Aujourd’hui, selon bon nombre de travailleurs de la terre rencontrés sur place, le poids de l’arachide sera très léger, ce qui ne sera point rentable. Dans certains milieux d’ailleurs, il n’y aura même pas de graines, sinon que du fonio à cause de l’hivernage inachevé.

Encore une fois, dans le Djoloff, des voix s’élèvent déjà pour solliciter un appui vivrier auprès des autorités du pays, au premier chef le Président de la République Macky Sall, pour éviter le pire (la famine) dans certaines localités.

Toutes nos tentatives d’avoir Mor Ndiaye Boustane, le président du syndicat Japandoo, quant à sa réaction face à la situation, sont restées vaines.

Samba  Khary Ndiaye

Voir aussi

POUR LA MICRO FINANCE ET LE PALUDISME La BID débourse 51 milliards

La Banque Islamique de Développement (BID) a signé un accord de financement tripartite avec le …