téléchargement (7)

LINGUÈRE- Les  voleurs de bétail dictent leur loi

Le vol de bétail, devenu un phénomène récurrent dans cette zone, hante le sommeil des populations de Barkédji, une localité du département de Linguère. D’après des sources dignes de foi, cela s’explique par la fermeture du poste  de gendarmerie, depuis deux ans. Du coup, les  voleurs de bétail dictent leurs lois dans cette zone d’élevage par essence.

Le vol de bétail est si inquiétant à Barkedji, dans le département de Linguère, que les  éleveurs passent la nuit à la belle étoile dans leurs enclos pour veiller au grain. Sinon, ils risquent d’être dépossédés de leur troupeau,  nous informe la plupart des victimes que nous avons rencontrés sur place. Selon l’une des victimes, Thiouky Dia,  une femme éleveur, elle témoigne : « J’ai été victime du vol de bétail, le mois de mars dernier. Des voleurs ont dérobé mes 4 vaches de race. J’ai mené des recherches qui n’ont rien donné. Deux semaines après, une personne est venue me dire qu’elle a rencontré les jours passés deux individus qui conduisaient des vaches identiques aux miennes. Elle me demande en contrepartie de l’argent pour m’aider à retrouver mes vaches volées ou l’identité des voleurs ». À en croire nos sources, les voleurs de bétail seraient  aidés à Barkedji par des indicateurs. Une autre victime du nom de Sambouldou Sow  qui a été victime elle aussi du vol de ses 7 vaches et un bœuf le mois de mai de l’année courant  nous renseigne sur le fait que ces voleurs de bétail ne sont jamais inquiétés. Selon lui, des bouchers abattent clandestinement les animaux avant de  nous revendre la viande de nos mêmes  animaux.

Pour Demba Ousmane Sow, la soixantaine,  « on a volé mes 8 vaches et j’ai cherché partout maintenant je m’en remets à Dieu. Je vis dans un désarroi total. Il faut  que les autorités nous aident sinon nous allons perdre tout notre bétail », clame le vieux Sow, désemparé. Pour Alassane Samba Diam, ce quinquagénaire qui a vécu le même scenario que les autres, il nous révèle ceci : « On m’a pris tout mon troupeau, depuis un an. Je n’ai plus rien. J’ai tapé à toutes les portes mais je n’ai pas eu gain de cause ». Au vu de la situation qui perdure, les populations de Barkédji demandent l’implantation d’un poste de brigade de gendarmerie pour éviter  le vol de bétail qui hante en ce moment leur sommeil.

Samba   Khary  Ndiaye (Correspondant à Linguère)

 

Voir aussi

waly ballago seck

AFFAIRE DE LA RANGE ROVER “VOLEE” Wally Seck inculpé et placé sous contrôle judiciaire

L’artiste musicien Wally Ballago Seck n’est pas sorti indemne de son face à face, hier, …