SOCIETE

LITIGE FONCIER À DAHRA DJOLOFF L’érection d’un centre commercial divise le maire et la population  

  • Date: 23 mai 2016

 À  Dahra Djoloff, un litige foncier oppose le maire à la population. En effet, il s’agit d’une parcelle de 40m sur 40m qui se trouve en face de la gendarmerie  appartenant  à Omar Ndiaye, opérateur économique.

Devant la presse, le premier magistrat de la ville de Dahra dira que les protestataires à la construction d’un bâtiment sur ladite parcelle ne sont jamais venus le voir encore moins lui adresser une correspondance pour jauger le degré de responsabilité des uns et des autres. Pis, dit-il, « ces jeunes  qui s’opposent à la construction de ce terrain  ont adressé une lettre au  Préfet de Linguère pour l’inviter à arrêter les travaux ».  Au cours de son face-à-face avec les journalistes, le Maire Mawo Ndiaye aura fourni toutes les explications nécessaires et présenté toute la documentation administrative relative au dossier d’Omar Ndiaye.

À l’en croire, il lui paraît utile par devoir  de vérité de s’adresser aux citoyens de sa Commune pour rétablir les faits. Ainsi, le 24 novembre 2005, le Conseil municipal d’alors s’est réuni pour statuer sur l’ordre du jour suivant : Examen et vote du compte administratif 2004 ; examen de demandes de parcelles. Par la suite, d’après Mawo Ndiaye, le deuxième point a été voté, à l’unanimité, par des conseillers présents (28 sur 36) sur une délibération confectionnée, le même jour, et transmise à Monsieur le préfet et a été approuvée, le 29 novembre 2005, attribuant à Monsieur Mouhamed  Ndiaye : 40m sur 40m en face de la gendarmerie ; 3.000 m2 au virage pour des magasins ; 5ha pour des logements ; 1600m2 pour Maharam Sall vers Nguèth pour station d’essence.

Et le Maire de Dahra d’affirmer que dans le procès-verbal d’ouverture et de fermeture d’enquête de commodo et incomodo, du 28 juin 2007, et au rapport du ministre de l’Économie et des Finances, le président de la République d’alors a prononcé, par décret numéro 2011-765, la désaffectation des parcelles au nom de l’État, en vue de leur attribution par voie de bail. Les titres fonciers concernés portent respectivement les numéros 214, 215 et 216.

Après la désaffectation, un bail de 30 ans  susceptible de prorogation d’une dure de 20ans au maximum ; est consenti à Monsieur Mouhamed Ndiaye, opérateur économique, né le 10 octobre 1974, à Guédiawaye, qui a acquis un titre foncier. Par acte administratif, du 06 octobre 2012, Monsieur Mouhamed Ndiaye a cédé ses droits à Monsieur Omar Ndiaye, opérateur économique, né le 10 Mars 1967, à Dahra Djoloff. En se conformant à la loi et aux textes nous dit Mawo Ndiaye, ce dernier a visé l’autorisation de construire, le 13 octobre 2015, sur le terrain en face de la gendarmerie au profit d’Omar Ndiaye. Interrogeant une bonne partie des jeunes contestataires dont Cheikh Niang président de la Zone B de Dahra, la réaction du Maire Mawo Ndiaye ne leur ébranle nulle part et que la lutte continue. À ce propos, Cheikh Niang nous fait savoir qu’ils sont en train de signer et de faire signer  des pétitions ; au total ils comptent avoir 15000 signatures.

À rappeler que le forum civil  conduit par Adramé Babou, les présidents des zones A et  B  de Dahra respectivement El Hadji Malik Diop et Cheikh Niang, Lamine Ndiaye ex-conseiller municipal continuent de protester la construction d’un centre commercial sur le terrain en question. Selon Cheikh Niang, « c’est un détournement d’objectif car l’on disait qu’on allait construire des logements sur le terrain en face de la gendarmerie au lieu un centre commercial. Nous n’accepterons jamais cela », a ajouté Monsieur Niang et qu’ils n’écartent pas d’attaquer la bataille juridique et le pouvoir central. C’est triste a poursuivi Cheikh Niang pour qui ce terrain devait même porter le nom d’Abdoulaye Ngom un capitaine de l’armée sénégalaise habitant à Dahra décédé dans l’opération Gabou, en Guinée-Bissau, en 1998.

Samba   Khary   Ndiaye                                   

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15