SOCIETE

LITIGE FONCIER À NDIAKHIRATE La SN /HLM fait un forcing sur un terrain de 15 ha

  • Date: 22 juin 2016

Rebondissement dans l’affaire opposant la SN/HLM et les héritiers de la famille Thiandoum. Avec l’envoi, hier, sur le terrain litigieux, d’un détachement de gendarmes de la DESCOS pour faire des terrassements et détruire des bornes trouvées sur place. Dépités et surpris, les membres de la famille Thiandoum et les maraichers victimes de cette expropriation forcée parle de « forcing et de provocation ».  

Ce que certains organes de la presse ont récemment titré   « Nébuleuse sur le titre 1107 ou Arnaque foncière à Ndiakhirate » est loin  de connaitre son épilogue. En effet, l’on se rappelle le tsunami soulevé  par ce dossier qui serait même à la base, selon certaines indiscrétions, de l’éviction de son fauteuil de l’ancien Dg de la SN/HLM, Ibrahima Wade. Une affaire dans sa globalité fait état de 25 Km2 ! Une assiette foncière énorme qui a toujours aiguisé des appétits des régimes précédents,  à savoir de Senghor à Wade. C’est dans ce lot énorme qui va de Keur Ndiaye Lô à Deny Birane Ndaw, équivalent quasiment à l’ancienne Communauté rurale de Sangalkam et enregistré sur les livres coloniaux au nom  de Mandiaye Thiandoum (décédé en 1949), que se trouve le terrain litigieux.

À la base du contentieux, de faux actes, notamment un certificat d’hérédité fictif brandit par une partie des héritiers et qui aurait bradé un patrimoine familial à la SN/HLM devant le notaire Serigne Badiane. Un terrain vendu avec un deal interne entre le notaire et certains membres de la SN/HLM, car la valeur réelle déclarée et celle sortie ne sont pas les mêmes, selon les héritiers (on parle de 7000f/m2 à la SN/HLM, là où les familles déclarent n’avoir reçu que 1200f/m2 !). C’est  ce terrain connu, sous le titre 1107 que des ayants droits et véritables héritiers de Mandiaye Thiandoum se disputent avec la SN/HLM. Et c’est au moment où les autorités de la République cherchent à trouver les voies et moyens de faire recouvrer aux membres de la famille Thiandoum leurs droits sur le titre foncier 1107 que la société immobilière choisit d’entrer en action, en envoyant des bulldozers pour détruire des champs de maraichage et des bornes d’habitation.

Face à la presse, Moth Thiandoum et Mbaye Guèye, mandataires de la famille Thiandoum, exigent « ni plus, ni moins que  ce patrimoine qu’ils ont hérité de feu leur grand père Mandiaye Thiandoum leur soit restitué » ; et à ce sujet ils demandent «  au chef de l’État et à son gouvernement pour que ce contentieux soit vidé et les familles remises sur leur droit ». Face au «  banditisme foncier » clairement identifié sur ce  terrain sus nommé des correspondances ont été envoyées,  selon les membres de la famille Thiandoum, aux  autorités de la République et à l’OFNAC.

À rappeler que le gouverneur de Dakar qui a reçu la famille Thiandoum aux fins de diligenter ce dossier avait même relevé beaucoup de manquements qui ont contribué à déposséder les dignes héritiers du titre en question. Il faut noter que depuis que certains services administratifs de l’État  se sont invités dans cette affaire, plusieurs titres nébuleux sont sortis du titre foncier mère 1107 comme : les TF 1321 ; 1664 ; 854 ; 821 ; 1045 ; 1249 ; 1327 et 2675. Malgré la présence des Gendarmes qui encadraient les bulldozers qui procédaient aux destructions, les familles se disent « prêtes au sacrifice suprême pour recouvrer leurs biens ». L’arbitrage du chef de l’État, Macky Sall est vivement souhaité par les victimes avant que « l’irréparable  ne se produise dans ces lieux », dixit un jeune surexcité et abattu à la vue des destructions des bulldozers. Terminant par ces mots : « Les pauvres seront tout le temps victimes des forts… »

Djiby GUISSE

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15