Accueil / ACTUALITES / LOCAFRIQUE VA SE SUBSTITUER A BEN LADEN GROUP 400 milliards pour sauver la Sar

LOCAFRIQUE VA SE SUBSTITUER A BEN LADEN GROUP 400 milliards pour sauver la Sar

Ce seront 60 millions d’Euro soit environs 400 milliards de FCFA qui seront injectés dans la société africaine de raffinage (Sarr), un investissement de la société Locafrique pour tenter de remettre à niveau cet outil de production.

Pour réussir cette opération qui commence à faire grincer des dents à sa seule invocation, Khadim Bâ, le patron de Locafrique à bénéficié du soutien indéfectible de l’Association sénégalaise des Pétroliers qui, selon nos sources, ont appris avec fierté la nouvelle du rachat des parts du groupe saoudien Ben Laden par cette société de droit sénégalais.
C’est une manière, pour eux, de saluer l’l’implication des investisseurs sénégalais dans le secteur très stratégique des hydrocarbures.
Car, il ne fait pas de doute qu’il y a des domaines de l’économie nationale qui doivent rester aux mains soit de l’État pour des questions de sécurité, soit des investisseurs sénégalais. Et les hydrocarbures en font partie. Si nous continuerons à laisser ces secteurs y compris de la téléphonie et bien d’autres entre des privés et étrangers, le risque est réel de se soumettre au diktat de ses groupes qui sont parfois plus puissants que les États du fait de l’énormité de leurs budgets.
C’est pourquoi, les cadres et les travailleurs par l’intermédiaire de leurs syndicats approuvent une telle perspective. C’est incontestablement pour eux, un œuf de soulagement, une bouffée d’oxygène dans la mesure où la Sar allait se trouver dans une situation de difficulté financière avec ses conséquences qui peuvent être graves dans le ravitaillement du pays en gaz, pétrole et autres hydrocarbures.
Les travailleurs jubilent d’autant plus que d’après nos sources, ils se disent conscients qu’avec ses 60 millions d’Euro, la Sar va bientôt se hisser au rang des sociétés-phares dans ce secteur névralgique et pourra faire face à la concurrence à travers le monde.
Il faut cependant préciser que cette transaction n’est pas approuvée par tous. Aux yeux de certains Majors, les premiers dans l’importation, on soupçonne Khadim Bâ d’avoir versé des pots de vin et seraient prêts à mener le combat.
La polémique commencent à prendre forme au point que des lanceurs d’alerte comme Leral Askan wi se disent conscients et sûrs du fait qu’avec Locafrique, il n’y aura jamais de pénuries de pétrole, de gaz ou d’hydrocarbure.
Nos concitoyens qui approuvent un tel projet d’investissement saluent le courage d’un investisseur qui, à l’image de Kabirou Mbodj pour Wari, ont le courage de mettre leur argent dans des secteurs compliqués naguère chasse-gardée des sociétés étrangères.
Il devient de plus en plus fréquent de constater qu’il y a des ennemis tapis dans l’ombre du développement du secteur privé national de plus en plus audacieux.
Pourtant, c’est le seul gage de la résorption du chômage par la création d’emplois et du recul du seuil de pauvreté. Les pouvoirs publics ont ainsi l’obligation de stimuler ce secteur afin qu’qu’il ne soit pas obligé de céder certains secteurs stratégiques aux mains d’étrangers.

À voir aussi

Ministère de la famille, de la femme et du genre- Fatou Sow Sarr décèle les incongruités d’une dénomination

Le gouvernement de Dionne II a introduit pour la première fois le concept Genre dans …

Fraichement nommé directeur général de la CDC- Aliou Sall sommé d’actualiser son patrimoine

Le Forum du Justiciable demande au nouveau Directeur général de la Caisse de Dépôts et …