Accueil / SOCIETE / L’Ong Eden dénonce la prolifération des internats en banlieue

L’Ong Eden dénonce la prolifération des internats en banlieue

 L’Ong Eden qui s’active dans la lutte contre les violences faites aux enfants, après avoir exprimé son indignation suite à la mort du talibé de 12 ans, réclame des sanctions exemplaires contre l’auteur de cet acte.

Selon Ibrahima Khalil Diagne, secrétaire général d’Eden, cette mort survenue dans des conditions déplorables, pose les récurrentes questions relatives à la sécurité, au respect de l’intégrité physique  des enfants, malgré la ratification par notre pays de la quasi-totalité des instruments juridiques relatifs aux droits humains, en général et aux droits de l’enfant, en particulier. Il s’agit, principalement, de la Convention des Nations unies relative aux Droits de l’Enfant (Cde) ainsi que ses protocoles facultatifs et la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant (Cadre). «Les autorités doivent prendre des mesures et des sanctions sévères à l’encontre de ceux qui violentent les enfants», dit-il dans un communiqué. Paradoxalement, cet acte ignoble survient au moment où une mission de suivi des recommandations du Cadre séjourne au Sénégal, depuis le 26 Juillet 2015. La prolifération des Dahras au niveau des zones enclavées de la banlieue favorise cette violence sur les enfants issus de familles modestes. Aussi, Eden recommande-t-il au gouvernement du Sénégal de finaliser le projet de loi portant statut des écoles coraniques et d’inviter les populations à rompre avec cette tolérance face au développement des traitements cruels, inhumains et dégradants dont sont victimes les enfants.

Sada MBODJ

Share This:

À voir aussi

En prélude de la Korité, le paiement des pensions a démarré ce jeudi

Bonne nouvelle pour les fonctionnaires. Leurs salaires seront virés à compter d’aujourd’hui. Dans un communiqué …