Accueil / SOCIETE / Louga Cohabitation difficile entre «Jakartamen» et ASP

Louga Cohabitation difficile entre «Jakartamen» et ASP

Les accrochages sont fréquents dans la ville de Louga et offrent des spectacles désolants entre les Agents de sécurité de Proximité (Asp) et les conducteurs de motos Jakarta

Il est difficile d’arbitrer objectivement car les uns et les autres ont un rôle assimilable à des services d’utilité publique. Les auxiliaires de la Police que sont les Agents de sécurité de Proximité aident à réguler la circulation en ville. Les jeunes trouvent un palliatif en attendant de trouver un emploi stable en enfourchant les  »deux roues  » pour gagner de l’argent, tout en rendant divers services aux usagers. Les élèves, les ménagères, les malades et leurs accompagnants ont besoin d’eux pour les rendez-vous médicaux. « La course effrénée permet de se frotter les mains en fin de journée. C’est notre gagne-pain. Il y a les versements quotidiens, les réparations des ennuis mécaniques, le gasoil et les casse-croûtes. Voilà pourquoi nous sommes obligés de filer, de nous faufiler et de satisfaire nos clients. Les Asp ne sont pas toujours tolérants, mais nous sommes solidaires des collègues malmenés ». C’est le commentaire d’un villageois reconverti dans l’exploitation d’une moto. Un Asp, le verbe haut, souligne que « les conducteurs de moto Jakarta « sont indisciplinés et ne respectent pas les tenues que nous portons. Nous avons pour mission de moraliser le secteur du transport urbain… » L’homme de la rue estime que « les autorités doivent définir les tâches dévolues à chaque acteur du transport urbain et celui qui normalise pour le bien-être des populations exposées aux accidents ». C’est le point de vue de Mouhamed Mbaye, membre d’une commission bénévole chargée de veiller sur la sécurité du quartier Artillerie Sud. Le même langage est tenu par des gens sous le couvert de l’anonymat.

Sidy THIAM

À voir aussi

Paris : Un Sénégalais tué par une rafale de Kalachnikov

Encore un meurtre d’un sénégalais à l’étranger. Après l’assassinat d’un compatriote dans un bus parisien, …

Un autre immeuble d’Excaf vendu

Les temps sont durs pour les héritiers de feu Ben Bass Diagne. Après avoir perdu …