téléchargement (7)

LOUGA- Se soigner est un luxe

 La santé est devenue un luxe pour la majorité des Sénégalais qui sont de plus en plus nombreux à rencontrer des difficultés pour se soigner, pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste ou à renoncer à des soins pour raisons financières… Dans la région de Louga,   il est donc  interdit de tomber malade au risque de passer de vie à  trépas.

Ce qui se passe dans les hôpitaux, centre de santé et postes, cases de santé de la région de Louga  doit faire réfléchir à plus d’un. Aller chez le médecin, acheter des médicaments ou se faire consulter sont autant d’actes de santé courants que la plupart des populations de la région, du département et villages environnants  ne pourraient plus se permettre, car n’ayant  pas les moyens de se soigner. En effet, notre système de santé ne garantit plus l’égalité d’accès aux soins médicaux pour tous les citoyens. Or, la justice sociale exige que chaque citoyen ait accès à des soins abordables et de qualité. Il s’agit d’abord de garantir les conditions financières de l’accès aux soins pour tous. Dans ces structures sanitaires,  l’on assiste chaque jour à des séances poignantes de personnes sans ressources qui ne peuvent pas se payer un  ticket de consultation. Celui qui ne peut pas se payer un ticket, n’en parlons pas, on ne peut lui délivrer une ordonnance à acheter. Certains, devant le manque d’argent et sans aucune solution en perspective versent des larmes d’impuissance. D’autres plus combatifs sillonnent les ruelles pour demander de l’aide pour se soigner ou pour prendre en charge une personne qui leur est si chère. La seule option est de se rabattre sur la médecine traditionnelle plus accessible et moins cher. Les problèmes d’accès aux soins ne se posent pas seulement en termes financiers : la répartition des professionnels de santé sur le territoire et entre les différentes spécialités constitue également un obstacle majeur.

Le problème de l’accès aux soins est un sérieux problème. Beaucoup de structures sanitaires ont cessé d’être fonctionnelles ou ne reçoivent pas les moyens correspondant à la mission qui leur est impartie. Il faudra donc agir pour résorber les déséquilibres démographiques et territoriaux en matière de répartition du personnel de santé, notamment des médecins généralistes qui sont souvent la porte d’entrée de notre système de prise en charge des malades.

Sidy Thiam (Correspondant à Louga)

Voir aussi

6fc428e33fe2af5f7182b9940e828bf8942a8c10

Résultats d’une étude sur le diabète : Les malades courent un risque plus élevé de dépression

Le diabétique présente des risques plus élevés de sombrer dans un état dépressif d’où la …