31 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » Louis Netou, Interprète à l’Assemblée nationale : Au service des sourds-muets
Louis Netou, Interprète à l’Assemblée nationale : Au service des sourds-muets

Louis Netou, Interprète à l’Assemblée nationale : Au service des sourds-muets

Il est l’interface entre les députés et ceux qui ne savent ni parler ni entendre. A 55 ans, Louis Netou est devenu indispensable à l’assemblée nationale.
Dans le hall de l’Assemblée nationale, Louis Netou est souvent à tu et à toi avec les députés. Vêtu d’un costume beige, cravate jaune bien nouée, cet interprète en communication totale (la langue des signe) jouit d’une grande estime au sein de l’hémicycle. Dans ses gestuelles ininterrompues, il s’emploie à traduire (fidèlement) les discours des parlementaires et ministres au profit des sourds-muets lors des sessions plénière. Une mission délicate et sacerdotale pour cet homme de 55 ans que rien ne prédestinait pourtant à ce métier.

Apres avoir décroché son baccalauréat en 1974, Louis Neto, natif de Ziguinchor, teint noir, taille moyenne d’où émerge un front dégagé s’apprêtait à débarquer à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) pour y poursuivre ses études lorsqu’il s’est vu proposer une formation à l’école EPHATA (NDLR : Ouvre-toi ! en hébreux) basée au Nigéria. Une institution dont le fondateur est d’origine américaine et lui-même…sourd muet. Catholique pratiquant, il accepte l’offre au nom de sa foi. « C’est un sacrifice qu’il fallait faire parce qu’il y’avait une urgence, et des personnes comme moi, nous avions besoin d’acquérir des connaissances pour aider les autres ». Sa référence c’est la Bible qu’il cite : « Vous avez un fardeau pour votre frère ; et ce fardeau c’est d’aider votre frère ». Il oublie alors ses « intérêts personnels »et s’engage à « traduire en acte »les préceptes de l’église en assistant les sourds-muets.

Apres une session intense de trois mois au Nigeria, il rentre au Sénégal et poursuit sa formation pendant encore trois ans. Le diplôme en poche en 1977, Louis Netou débute une longue carrière d’enseignant pour sourds-muets dont il salue les résultats. « Parmi ceux que nous avons formés, 9 ont obtenu leur certificat primaire. Ce qui nous vraiment encouragé à aller de l’avant » dit-il.

Mamadou Seck le recrute

C’est en 2010, à l’occasion du vote de la loi d’orientation sociale en faveur des personnes handicapées, que cet homme se révèle à l’Assemblée nationale. Désigné interprète ce jour-là, pour les sourds-muets, il retient l’attention du président de l’institution, Mamadou Seck, qui lui dit : « Voilà une erreur à réparer ! L’assemblée national n’a pas le droit de ne pas avoir une personne comme vous ». Recruté, le ziguinchorois intègre l’institution. Mais également le foyer de sourds-muets à travers ses à la télévision. « Des parents m’ont dit que lorsque je traduis leurs enfants handicapés sont pressés de regarder la télé avec eux. J’en suis fortement heureux », lâche –t-il avec émotion.

Marié et père de deux filles et d’un garçon, Nétou dirige par ailleurs une association pour l’insertion des enfants défavorisés. S’il se réjouit de la nouvelle « conscience » des autorités par rapport à cette question, il se désole néanmoins du sort des enfants de la rue, de plus en plus nombreux. Mais son plus grand souhait est que les enfants sourds-muets aient la possibilité de poursuivre leurs études jusqu’à l’université. « Ils sont intelligents », indique-t-il.

Bien dans son travail pour lequel il se donne à fond, Louis Netou n’en souhaite pas moins, après 2 ans passés à l’Assemblée nationale que l’on recrute « deux autres » interprètes pour lui venir en appoint. « C’est un peu dur de traduire durant toute une plénière ». Ce qu’il vient de faire encore une fois…

L’EnQuête

b[