presse

L’ULTIMATUM DU GOUVERNEMENT AUX ENSEIGNANTS RÉQUISITIONNÉS À LA UNE 11 juin 2016 à 09h29min

(APS) – L’ultimatum du gouvernement aux enseignants dûment réquisitionnés et la panoplie de mesures de sanction annoncées en cas de non exécution sont largement commentés par les journaux reçus samedi à l’APS.

Les enseignants ayant reçu des réquisitions ont 24 heures, à compter du lundi 13 juin à 8 heures, pour s’exécuter, avertit le gouvernement, vendredi, dans un communiqué.

Le ministère de l’Education nationale a envoyé des réquisitions à des enseignants dans le but de mettre fin à la paralysie de l’école, par la grève qu’ils observent depuis quelques semaines. Cette décision a provoqué une véritable levée de boucliers chez le Grand Cadre des syndicats d’enseignants et le Cadre unitaire des syndicats d’enseignants (CUSEMS), qui ont décidé d’attaquer en justice la décision de Serigne Mbaye Thiam.

Dans son communiqué, le gouvernement prévient qu’ »en sus des sanctions pénales prévues aux articles 7 du Statut général des fonctionnaires et L. 279 – m du Code du travail, le refus de déférer à un ordre de réquisition expose le contrevenant à diverses sanctions disciplinaires, applicables sans la procédure du conseil de discipline […] ».

Les sanctions encourues vont de « la révocation avec suspension du droit à pension, pour le fonctionnaire au licenciement sans préavis, ni indemnité autre que, le cas échéant, l’indemnité compensatrice de congé pour l’agent non fonctionnaire ».

Pour le journal Enquête, ‘’l’Etat brandit l’arme du licenciement’’. ‘’Après les réquisitions, place aux sanctions ! Le gouvernement veut coûte que coûte faire respecter la mesure e de réquisition prise à l’encontre des enseignant’’, écrit le journal.

Enquête signale que la Grand cadre de Mamadou Lamine Dianté et le CUSEMS de Abdoulaye Ndoye ‘’préparent la riposte’’.

Face au refus des enseignants de rendre les notes aux élèves, ‘’l’Etat sort la cravache’’, estime L’AS qui écrit : ‘’Que les enseignants récalcitrants le se tiennent pour dit. Ils ont jusqu’à mardi pour prochain pour rendre les notes du premier semestre aux élèves sous peine d’être sanctionnés’’.

Le Populaire estime qu’un nouveau palier a été franchi dans ‘’le bras de fer entre le gouvernement et le Grande cadre’’. Titrant : ‘’L’Etat fixe un ultimatum aux enseignants’’, Le Pop précise : ‘’Pour compter du lundi 13 juin à 8h, les grévistes ont 24hpour se conformer à l’ordre de réquisition ; les enseignants réfractaires risquent la révocation avec suspension du droit de pension, le licenciement sans préavis’’.

Le journal souligne que le Grand cadre est en concertation ce samedi pour ‘’porter la réplique’’.

Parlant de la menace de radiation brandie par le gouvernement, Le Quotidien titre : ‘’Le dernier coup de l’Etat’’. Au total, 5000 fonctionnaires sont en danger, selon le journal.

Sur le même sujet, Walfadjri affiche à sa Une : ‘’L’Etat brandit la menace d’une radiation collective’’. Pour le journal, ‘’c’est l’escalade dans les relations entre l’Etat et les syndicats de l’enseignement’’.

La Tribune et Sud Quotidien titrent respectivement : ‘’L’Etat veut radier les enseignants’’ et ‘’Macky brandit le sabre’’.

Voir aussi

telechargement

VERS LA CRÉATION DE CHAMBRES D’AGRICULTURE DU SÉNÉGAL (CAS)

Le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural est en train de travailler à la …