26 juillet, 2014
Accueil » ACTUALITES » Lutte avec frappe et dossiers judiciaires dominent l’actualité dans les quotidiens
Lutte avec frappe et dossiers judiciaires dominent l’actualité dans les quotidiens

Lutte avec frappe et dossiers judiciaires dominent l’actualité dans les quotidiens

(APS) – Les quotidiens sportifs accordent la priorité au combat de lutte avec frappe Eumeu Sène-Modou Lô. Les autres barrent leur une de titres relatifs au financement de l’économie, aux remous au sein de la Police, aux dossiers judiciaires de Karim Wade, Bibo Bourgi et Alioune Aïdara Sylla.

Tout le sport se fait l’écho de la guerre des nerfs entre Eumeu Sène et Modou Lô, qui disputent le 30 juin prochain l’un des plus importants combats de lutte avec frappe de la saison.  »Arrête de me verser des liquides mystiques », lance Sène à son adversaire, qui réplique, selon le même journal :  »Si mon marabout me le demande, je n’y peux rien. »

 »Je vais devenir Roi des arènes. Je l’ai promis aux Pikinois », jure Eumeu Sène dans Sunu Lamb, qui a aussi rapporté le face-à-face médiatique des deux lutteurs.  »Je suis différent de ceux que tu as battus », avertit Lô, à l’endroit de son adversaire.

L’intensité de la guerre des mots fait écrire à Waa Sports que  »ça sent mauvais entre Modou Lô et Eumeu Sène ».

Direct Info annonce que  »Diagna Ndiaye écarte toute adversité contre le PM », le Premier ministre Abdoul Mbaye qui serait candidat, comme le premier nommé, à un poste au Comité international olympique (CIO).

 »Le combat tant redouté entre Diagna Ndiaye et Abdoul Mbaye n’aura pas lieu. Les deux collaborateurs de Macky [Sall] vont travailler la main dans la main. Contrairement à Modou Lô et Eumeu Sène, qui sont bien décidés à en découdre, au grand bonheur des amateurs de lutte », écrit le billettiste de Direct Info. Diagna Ndiaye est président du Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS).

Sud Quotidien s’intéresse, lui, au financement de l’économie sénégalaise par l’Etat. Il titre :  »Amadou Kane démarche les diplomates ». Le but du démarchage des diplomates sénégalais par le ministre de l’Economie et des Finances, c’est de trouver cinq mille milliards de francs CFA auprès des partenaires financiers de l’Etat, selon le même journal.

Dans Le Soleil, la Direction du commerce intérieur durcit le ton, en s’adressant aux membres de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (UNACOIS), en ce qui concerne les prix de certaines denrées alimentaires.  »Toute pratique de prix illicite sera sanctionnée, conformément à la loi », écrit cette direction dans un communiqué repris par le journal.

L’UNACOIS a dénoncé les prix fixés par le ministère du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel, pour certaines denrées de base, dont le sucre, l’huile et le riz.

L’As revient sur l’affaire Alioune Aïdara Sylla, l’ancien député PDS emprisonné depuis plusieurs mois dans le cadre d’une transaction financière jugée illégale par la justice sénégalaise. Une chambre d’accusation a statué jeudi sur la requête introduite par les avocats de M. Sylla pour faire annuler les poursuites contre lui. Le verdict sera rendu le 25 juin prochain, selon L’As.

Walfadjri annonce que Karim Wade, le fils de l’ex-président de la République, Abdoulaye Wade,  »comme un président, reçoit, écoute, consulte et donne des directives depuis sa cellule » de prison, à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss (Dakar), où il est incarcéré depuis le 17 avril pour enrichissement illicite présumé.

L’ancien ministre  »voit défiler devant lui au moins 500 personnes, chaque mercredi ». En plus de ces nombreuses visites rendues à lui à la MAC, Karim Wade  »dirige le PDS à partir de sa cellule », selon le journal.

Bibo Bourgi, l’un proche des proches Karim Wade séjournant en prison pour complicité d’enrichissement illicite présumé,  »sera fixé sur son sort aujourd’hui », annonce L’Observateur.  »Bibo, qui bénéficie de deux rapports d’expertise médicale favorables à lui, a de fortes chances d’être libéré », selon le journal.

Le Quotidien voit des  »bizarreries » dans le réquisitoire de l’ancien procureur du tribunal régional de Dakar, Ousmane Diagne, sur le dossier du marché des produits phytosanitaires. L’ancienne sénatrice Aïda Ndiongue est mise en cause dans cette affaire que le journal assimile à  »un mystère judiciaire ».

Il y a  »une nouvelle zone d’ombre » dans le dossier, M. Diagne ayant  »requis le contrôle judiciaire pour Aïda Ndiongue et le placement sous mandat de dépôt pour ses présumés complices », selon Le Quotidien.

Le journal Enquête pénètre les secrets de la Police. Il révèle que le général Pathé Seck, ministre de l’Intérieur, a eu  »un entretien de vérité avec le gratin de la Police nationale, hier », jeudi.

Il s’agissait d’ »une réunion de mise un point », lors de laquelle  »le général Pathé Seck n’a pas mâché ses mots ». Il aurait recommandé  »la solidarité » et  »l’esprit de corps » aux agents de la Police. Aussi aurait-il dénoncé  »le dénigrement » et  »le chantage » chez certains de ces agents-là, selon Enquête.

Dans Le Populaire, le professeur de droit constitutionnel El Hadji Mbodji dénonce  »les préoccupations politiciennes [qui] priment sur les considérations liées à la cohérence et à la stabilité des institutions ». M. Mbodji parle de la réduction de sept à cinq ans du mandat du président Macky Sall et de la réforme des institutions.