LUTTE CONTRE LA DÉFORESTATION-Un camion gambien,  122 charrettes, une moto vitesse et 11 vélos incinérés à Bignona 

Dans le souci de préserver le reste des forêts sénégalaises en Casamance, l’État passe à l’offensive. Un camion de matricule gambienne, 122 charrettes, une moto vitesse et 11 vélos ont été incinérés, vendredi, à Bignona. C’était en présence des ministres de l’Intérieur, de l’Environnement et des Forces armées. Les exploitants forestiers crient au scandale et interpellent le chef de l’État.

C’est le village de Diaronne, dans le département de Bignona, que les autorités étatiques ont choisi pour procéder à l’incinération d’un camion de matricule gambienne, de 122 charrettes, d’une moto vitesse et de 11 vélos. Ces moyens de locomotion ont été saisis par les services de sécurité pour exploitation illicite et transport de troncs d’arbre sur l’ensemble du territoire départemental. Trois ministres de la République ont pris part à cette activité qui consiste à mettre un terme à l’agression dont est victime la forêt sénégalaise dans la région Sud du pays. Parmi ces ministres, Abdoulaye Daouda Diallo de l’Intérieur, Augustin Tine des Forces armées et Abdoulaye Bibi Baldé de l’Environnement.

En effet, il y a deux semaines, ces trois ministres étaient dans les régions de Kolda et Ziguinchor pour recueillir toutes les informations nécessaires sur les menaces qui pèsent sur la forêt. « Nous avons, dans un premier temps, identifié les différents sites de coupe dans les régions de Kolda et de Ziguinchor et sur le terrain, nous avions constaté que c’était une situation calamiteuse, très difficile à observer compte tenu de grands arbres de plus de 50 ans ont été coupés littéralement par centaine », s’indigne Augustin Tine, ministre des Forces armées. La lutte va se poursuivre, selon Augustin Tine, qui réitère l’engagement de l’État à barrer la route aux trafiquants de bois sur toute l’étendue du territoire national.

L’incinération des charrettes était comme un film sous les yeux de leurs propriétaires. Venus constaté de visu, les propriétaires des charrettes et les exploitants forestiers ont crié au scandale devant la presse qui n’a pas manqué un seul instant à leur donné la parole. « Ce que nous venons de vivre est une catastrophe. Comment peuvent-ils mettre le feu sur nos charrettes ? L’État pouvait procéder autrement que de faire cet acte que nous jugeons ignoble », peste Saliou Camara, leur porte-parole. Pour ce dernier, l’État a enclenché les hostilités entre lui et les exploitants forestiers qu’ils sont. Ils menacent de se faire entendre dans les prochains jours.

Abdourahmane Diallo (Correspondant à Ziguinchor)

Voir aussi

PROJET DE CONSTRUCTION DU TER  Macky « accélère » ses ministres 

Le président de la république, Macky Sall, ne semble pas reculer sur son projet de …

One comment

  1. début de solution mais éviter les incinérations