IMG_3593

LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET INFANTILE Le Meds offre 10 millions à l’ANSFES

 Fidèle à sa politique d’intermédiation sociale, le Meds et la société de transfert d’argent Wari, ont remis, hier, un chèque de 10 millions F Cfa, à l’Association nationale des sages-femmes d’État du Sénégal (ANSFES), en renfort de la politique mise en œuvre en matière de santé maternelle et infantile. C’était à l’occasion des Mercredis du Meds.

Le Mouvement des entreprises du Sénégal (Mdes) investit pour la sage-femme afin de lutter contre la mortalité maternelle et néo-natale. En termes plus clairs, le Meds, en partenariat avec la société de transfert d’argent Wari, a offert 10 millions F Cfa à l’Association nationale des sages-femmes d’État du Sénégal (ANSFES). Cet argent est issu de la vente aux enchères d’un tableau d’art, lors des Cauris d’Or, cuvée 2016 et dont le montant de la levée de fonds s’était élevé à 10 millions F Cfa. La présidente Marième Fall recevant le chèque des mains du président du Meds et de la Directrice de la communication, a dit toute sa joie. « Vous ne pouvez imaginer la joie qui anime la communauté de sages-femmes de trouver une oreille attentive, un appui incommensurable dans les plus hautes sphères de l’entreprenariat, qui à travers le Meds, s’est arrêté dans la recherche de fonds pour une cause noble », dira-t-elle, allègrement à l’endroit du président du Meds.
« Mbagnick, vous êtes un homme de cœur, un modèle capable de renverser les tendances de la mortalité maternelle », s’adresse-t-elle au patron du Meds. Ainsi, Marième Fall a-t-elle voulu dégager la lourde tendance de la mortalité maternelle au Sénégal dont le taux actuel est de 392 pour 100.000 naissances vivantes sur l’ensemble du territoire. Et cela correspond, dit-elle, à 2.000 décès maternels par an, soit un décès toutes les 4 heures. Du coup, avise-t-elle, le risque de survie du nouveau-né dans les 5 ans est complètement anéanti. D’où l’urgence, plaide-t-elle, pour un recrutement massif de sages-femmes dont la population est estimée à 4.000. Mais déplore-t-elle, plus de 2.000 parmi ces 4.000 sages-femmes sont sans emploi. Elles ne sont pas dans le système public encore moins dans le privé.
À l’en croire, le Sénégal compte seulement 1.716 sages-femmes, soit un ratio de 2 sages-femmes pour 1.000 naissances alors que selon les normes de l’Oms, il faudrait 6 sages-femmes pour 1.000 naissances. Ce qui lui fait dire que le Sénégal est très en deçà des normes de l’Oms.

Mouhamadou BA

Voir aussi

pds-23-05-2014_08.05.44

PROBLEME DE LEADERSHIP, NON-RENOUVELLEMENT DES INSTANCES DE BASE… L’affaire Karim divertit le Pds

Depuis l’arrivée du Président Sall au pouvoir et le déclenchement subséquent de la traque des …