moustiq_impre

LUTTE CONTRE LE PALUDISME AU SENEGAL LE PNLP MOBILISE 17 MILLIARDS POUR DISTRIBUER 8 169 326 MOUSTIQUAIRES D’ICI AU MOIS DE JUIN

Une enveloppe de 17 milliards de francs Cfa. C’est ce que le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) a mis sur la table pour couvrir en Moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (Milda) les 14 régions du Sénégal en 2016. Le Pnlp va ainsi distribuer 8 169 326 moustiquaires d’ici au mois de juin.

Le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) a décidé de couvrir tout le pays en moustiquaires. Pour y arriver, une enveloppe de 17 milliards de francs Cfa a été mobilisée pour la distribution de 8 169 326 en Moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action(Milda) dans les 14 régions du Sénégal en 2016.

Prévue à partir du 27 février et ce jusqu’à la mi-juin, cette campagne nationale de distribution gratuite a pour objectif d’amener au moins 80% de la population à dormir sous une Milda. Les enjeux épidémiologiques paraissent importants dans la mesure où le pays ambitionne d’atteindre la pré élimination en 2020 et d’aller vers l’élimination du paludisme.

La première campagne nationale de distribution de masse de Milda se fera sur trois axes, dans les périodes ci-indiquées. Axe 1 : régions de Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Tambacounda et Kédougou du 1er février au 17 mars. Axe 2 : régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick et Diourbel du 14 mars au 29 avril. Axe 3 : régions de Saint-Louis, Matam, Louga, Dakar et Thiès du 11 avril au 28 mai.

Un tel engagement découle du fait de la nécessité pour le Sénégal d’intensifier la distribution des Moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action pour atteindre la couverture universelle d’ici à décembre 2016. Et aussi, à maintenir la tendance à la baisse continue de la morbidité et de la mortalité palustres pour atteindre la pré élimination du paludisme.
C’est sous ce rapport que le Colonel Mady Ba, coordonnateur du Pnlp, a indiqué: «Malgré les efforts, le pourcentage de la population générale qui dort sous une moustiquaire imprégnée est encore faible avec 52%. D’ailleurs, on a enregistré 526 décès sur le territoire national. C’est à peu près le même taux qu’en 2014, sauf qu’on a testé beaucoup plus de personnes en 2015 que l’année précédente».

D’où l’importance, d’après le Colonel Ba, «de dormir sous une moustiquaire imprégnée qui peut empêcher les piqures des moustiques causant le paludisme et même d’autres moustiques comme celles responsables du virus ZiKa. Il s’agit d’une barrière physique à longue durée d’action».

Abondant dans le même sens, la directrice de la lutte contre la maladie, le Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, a souligné: «Il s’agit d’assurer la couverture de 100% des couchages habituels en Mlida. On va faire un recensement par les relais communautaires. Il s’agit de couvrir 1 470 000 personnes, de visiter 145 500 ménages, 76 districts de santé, 89 centres de santé avec 25 000 volontaires à mobiliser».

«Les défis de la présente campagne sont la mobilisation et la disponibilité des Milda, la participation des populations, des communautés avec l’adhésion et l’appropriation du programme. Et si elles restent de bonne qualité, elles peuvent durer 3 ans. Les relais font un travail de sensibilisation et de communication sur l’utilisation du Milda pour inviter les populations à dormir sous une moustiquaire», a-t-elle conclu.

Le Populaire

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …