Accueil / ACTUALITES / LUTTE CONTRE LE TERRORISME Leyti Niang déféré et confié au Premier cabinet 

LUTTE CONTRE LE TERRORISME Leyti Niang déféré et confié au Premier cabinet 

Un gros morceau chez le Doyen des juges. La Division des investigations criminelles (DIC) vient de déférer au Parquet Leyti Niang. Il avait été arrêté la semaine dernière, suite à une opération menée conjointement avec des éléments de la Brigade d’intervention polyvalente (BIP), à Rosso, à la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie.

Leyti Niang a été déféré, pour appartenance à une association terroriste et mis à la disposition du juge du premier cabinet d’instruction qui va ouvrir une information judiciaire pour des investigations plus approfondies, nous dit-on. Arrêté à la frontière sénégalo-mauritanienne, il se préparait à quitter le Sénégal. Leyti Niang sera mis en isolement carcéral.  Des connexions entre ce dernier et Makhtar Diokhané, dont les communications téléphoniques avaient été interceptées depuis le Niger, sont établies. Diokhané est présenté comme un membre actif de  Boko Haram et se préparait à quitter le territoire nigérien lorsqu’il a été arrêté par la Police. Le renseignement a donc été communiqué au Sénégal qui reste depuis, sur ses gardes.

L’arrestation de Leyti Niang a eu lieu au même moment que celle d’Ibrahima Hann, proche de l’imam Alioune Badara Ndao inculpé pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, acte de terrorisme, apologie du terrorisme, financement du terrorisme et blanchiment de capitaux dans le cadre d’une activité terroriste en bandes organisées. Si l’imam Ndao est déjà transféré à la Maison d’arrêt de Saint-Louis, Ibrahima Hann attend encore d’être déféré dans les prochaines heures. Il se trouvait encore, dans la journée d’hier, dans les locaux de la Section de recherches de la Gendarmerie, à Colobane (Dakar). Ces nombreuses arrestations laissent penser en l’existence d’un embryon de réseau qui était en train de se constituer au Sénégal. Des communications téléphoniques interceptées et communiquées à l’Etat, il ressort qu’un projet d’attentat existe au Sénégal, sans qu’on ait d’autres informations précises sur les cibles des terroristes. Des sources ont pu faire état d’édifices publics ayant trait à l’engagement du Sénégal à l’étranger sans que cela n’ait pu être confirmé de façon certaine.

Après les attentats de Paris du vendredi 13 novembre qui ont fait 132 morts  et 352 blessés dont des dizaines se trouvent toujours en « urgence absolue », les regards se sont tournés vers les pays alliés de la France dont le Sénégal, engagés dans la lutte contre le terrorisme. Le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, révèle pour sa part que le Sénégal, qui a interdit le port du voile intégral, est dans une ‘’démarche préventive’’, dans la lutte contre le terrorisme.

Enquête

À voir aussi

CONSOMMER LOCAL- La fausseté des Dirigeants

Face à une difficulté de faire fructifier la production végétale, animalière, halieutique et agricole locale …