Accueil / SOCIETE / Lutte contre les violences basées sur le genre Yeumbeul Nord s’engage

Lutte contre les violences basées sur le genre Yeumbeul Nord s’engage

Dans le cadre de la préparation de la journée du 08 mars, la maternité de Yeumbeul a organisé une journée de sensibilisation contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Cette année, il a été choisi comme thème : «Briser le silence, lever les tabous pour mieux lutter contre les violences basées sur le genre au Sénégal ».

La violence basée sur le genre est un phénomène réel qui touche beaucoup de femmes au Sénégal. Selon madame Sakho, directrice de l’Association pour le Développement de Yeumbeul (ADY), « le phénomène de la violence basée sur le genre prend de l’ampleur partout au Sénégal, surtout en banlieue où l’on ne peut rester une journée sans entendre ou voir de femmes victimes de plusieurs sortes de violences.» Le dernier cas enregistré remonte à moins de deux jours à Keur Massar, où un gamin de 5 ans a été égorgé par son père. Ses deux oreilles ont été coupées et jetées. Voilà une preuve qui doit pousser les autorités à prendre des mesures par rapport aux problèmes qui pèsent sur les personnes vulnérables. Des cas d’enlèvement, de viol et de séquestration font légion ces derniers temps dans notre pays. Une conférence va être organisée pour sensibiliser les populations et autres ». Un rapport de 2005 à 2010 et qui avait été publié par des experts qui s’activent dans le domaine, montre que 70% des femmes ont été victimes de violences physiques et/ou sexuelles. Pour pouvoir dérouler ses activités, la maternité de Yeumbeul Nord est en partenariat avec Onu-Femmes et Anvo. Selon Ndéry Aïdara de l’ADY., « l’objectif visé pour appuyer la maternité, c’est d’impulser une nouvelle dynamique permettant une meilleure synergie des acteurs chargés de l’assistance des personnes en situation modeste, comme les victimes de violence et autres. L’Association pour le Développement de Yeumbeul ne va jamais baisser ses bras pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations, surtout dans le domaine de la santé ». Et Racky Diatta de faire savoir que « mettre fin aux violences basées sur le genre, doit être un combat de tous. Fodé Sow de l’Ong Unies vers elles, sera le conférencier du jour. Des chiffres enregistrés dans les structures judiciaires, sanitaires et sécuritaires dans 8 régions du Sénégal, ont montré que les cas de Vbg ont plus que doublé ». Toujours est-il que pour madame Sakho qui dirige la structure de santé, « concernant les violences sexuelles, elles sont plus fréquentes chez les femmes avec 58%. Le viol vient en tête avec plus de 50% des cas de Vbg et autres. L’espace conjugal est le principal lieu de production des Vbg, avec 65% des cas de violence. Grâce aux efforts qui ont été faits par la maternité qu’elle dirige, un système d’écoute permettant la prise en charge des questions de genre, notamment pour l’accueil et l’aide aux femmes victimes de violences, a permis de comprendre et de connaitre que beaucoup de femmes et de filles sont victimes de violences au niveau des zones les plus enclavées de la banlieue.

Sada Mbodj

À voir aussi

L’homme retrouvé mort dans un bassin de rétention identifié

Le corps sans vie retrouvé mort mercredi dernier flottant dans le bassin de rétention aménagé …

Le Sénégal demande le licenciement du présentateur de la BBC

Le Sénégal est l’une des belles surprises de la phase de groupes de cette Coupe …